Apple brevette un iPod/iPhone en verre

Depuis l’iPhone 4, Apple utilise le verre comme élément du boitier de ses appareils mobiles. Mais ce verre n’est qu’un composant parmi d’autre et nécessite notamment l’utilisation de métal pour la partie « transmission » de son smartphone (souvenez-vous, le fameux antennagate).

La prochaine version de l’iPhone (et/ou de l’iPod) pourrait bien être entièrement réalisée en verre, si l’on en croit la demande de brevet US 20120069517 publiée ce matin au nom d’Apple (et déposée le 15 septembre 2011). Il s’agit en effet de protéger la conception d’un boitier en verre extrudé (comprendre  » en forme de tube ») laissant passer les ondes.

« The enclosure including a tube like main body that is extruded in its entirety with glass material that permits wireless communications therethrough. »
US 20120069517 – GLASS ENCLOSURE – 22 Mars 2012 – Apple Inc.

Illustrée avec un iPod à molette (bien qu’ils ne fasse (presque) plus partie du catalogue d’Apple), cette méthode de fabrication permet de réaliser des boitiers d’une seule pièce ou en soudant deux demi-coques au moyen d’une technologie appelée laser frit bonding, assurant une étanchéité et une résistance maximale.

A noter que l’antenne se site à l’intérieur du boitier, ce qui devrait éviter les interférences dues à la main de l’utilisateur.

De là à imaginer un iPhone tout en verre, d’un seul tenant et entièrement tactile… il est permis de rêver.

Publicités

Apple et Samsung: c’est (de nouveau) la guerre !

C’est le média en ligne Largeur.com qui s’en fait l’écho: la guerre des brevets fait à nouveau rage entre Apple et Samsung, après une courte accalmie.

Le contentieux porte, selon Apple, sur la violation de ses brevets sur les interfaces tactiles par l’ensemble de la gamme Galaxy du constructeur sud-coréen. La riposte de Samsung ne s’est pas fait attendre et a porté sur l’iPhone 4S, pour les mêmes raisons (violation de brevets).

Mais il ne faut pas s’y tromper, l’objectif derrière ces contentieux est purement commercial: empêcher le concurrent de commercialiser son produit (ou au moins le retarder) afin d’occuper au maximum un terrain stratégique dans un secteur de marché donné.

Jusqu’ici, Apple en sort avantagée si l’on en croit l’article de Largeur.com:

« Les ventes de la tablette Galaxy 10.1 ont été gelées en Australie. Et celles des smartphones Galaxy S, Galaxy S II et Ace ont été temporairement bannies dans 30 pays européens. »
La guerre commerciale à coups de brevets – largeur.com 09.03.2012

Une chose en certaine, la situation est complexe et engage pléthore d’acteurs, au-delà d’Apple et Samsung: Google, Kodak, Amazon, Oracle, Sony, Microsoft et bien d’autres encore, tous sont touchés de près ou de loin. Et le plus surprenant reste encore que certains de ces belligérants sont aussi des partenaires:

« Pourtant, les rivaux sont également partenaires: Samsung fabrique en effet les processeurs de l’iPhone 4, l’iPhone 4S, l’iPad2 et l’iPod Touch. »
La guerre commerciale à coups de brevets – largeur.com 09.03.2012

Cette situation constitue une dérive dommageable du système des brevets (exclusivité d’exploitation d’une innovation durant un maximum de 20 ans en échange de sa totale divulgation) qui s’apparente désormais à une course à l’armement. On se souviendra par exemple de l’achat par Google du porte-feuille de Motorola (12,5 milliards de dollars) afin de constituer une force de dissuasion face à ses concurrents dans ce qu’il faut bien appeler « une guerre mondiale de la propriété intellectuelle ».

Guerre des brevets: qui frappera le premier ?
 Relire l’article Patent Absurdity

Seul espoir d’un refroidissement de cette guerre commerciale, une loi a été signée en fin d’année passée par Barack Obama. Elle tente de réformer le système américain des brevets (pour la première fois depuis 60 ans !) afin de le rapprocher de ce qui se pratique dans le reste du monde (un brevet est accordé au premier à en faire la demande (first to fill) et non au premier à avoir fait une invention, le second système occasionnant plus de litige car étant plus difficile à prouver).

Malheureusement, si l’on ajoute au tableau l’action extrêmement néfaste et agressive des fameux patent trolls (des entreprises qui constituent d’énormes porte-feuilles de brevets non pas à des fins de production mais uniquement pour pouvoir attaquer d’autres sociétés et vivre des fruits de leurs poursuites judiciaires) et la croissance exponentielle des porte-feuille brevets des acteurs de l’industrie « informatique » (voir Dépôts de demandes internationales de brevet : Apple en 53e position), cette intensification du conflit semble là pour durer.

Dépôts de demandes internationales de brevet : Apple en 53e position

L’économie mondiale a beau souffrir, les dépôts de demandes de brevets se portent plutôt bien. Dernier indicateur en date, les chiffres publiés le 5 mars par l’OMPI (Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, WIPO en anglais) et concernant la procédure internationale (ou PCT) sont révélateurs de cette dynamique à la hausse.

En parallèle à un classement par pays, dominé par les USA (48’596 dépôts en 2011), le Japon (38 888 demandes), l’Allemagne (18 568 demandes) et la Chine (16 406 demandes avec une incroyable progression de +33,4% par rapport à 2010), les statistiques de l’OMPI donnent un classement par déposants. Apple pointe au 53e rang avec 269 dépôts PCT en 2011. La firme de Cupertino gagne 18 rangs par rapport à 2010 et entre ainsi dans le top 60 mais reste assez loin derrière ses rivales directes; Panasonic (2e), Qualcomm (6e), LG (8e), Nokia (16e), Sony (26e) et Microsoft (27e). A noter que Google, en 64e position avec 224 dépôts PCT, ne figure pas sur le graphique ci-dessous.

Par comparaison, l’USPTO fait pointer Apple au 39e rang (avec 676 brevets américains accordés en 2011) du top 50 des sociétés ayant reçu des brevets accordés aux USA en 2011, un classement dominé par IBM est ses 6180 brevets accordés. A noter que Microsoft se classe 6e, une position plus en rapport avec son gigantesque porte-feuille brevet.

Sources: www.ificlaims.com, www.wipo.int

Apple veut mettre une centrale énergétique dans votre poche

Deux demandes de brevets publiées ce matin au nom d’Apple (US 20110188677 et US 20110313589) prouvent qu’Apple songe sérieusement à alimenter ses portables avec des piles à combustible (Fuel Cell dans la langue d’Harry Potter). Lire la suite

Steve Jobs + Brevets + Youtube = 2 vidéos

Voici deux petites vidéos qui ont pleinement leur place sur MacBrains puisqu’elles présentent des inventions pour lesquelles Steve Jobs est crédité en tant qu’inventeur en parallèle avec leurs brevets. C’est sympa, ça mange pas de pain et c’est cadeau.

Patents of Steve Jobs


Best Inventions of Steve Jobs

via @iLaurent sur Twitter, merci à lui 😉

Stand [Mis à jour]

« Stand », c’est le titre plutôt bref qu’Apple a donné à l’un des derniers designs dont elle a déposé le brevet (voir le PDF). Il s’agit en fait d’un dock pour appareil mobile (comprendre: un iPhone ou un iPad) des supports utilisés pour présenter les iPad dans les Apple Store (et à la Fnac).

Si l’objet est relativement simple, il m’inspire tout de même une ou deux observations:

  • Il ne présente pas d’encoche, ce qui veut dire que l’iPhone / iPad / iPod (disons iDevice pour faire plus court) sera posé à plat.
  • Il ne présente pas de prise propriétaire, ce qui pourrait signifier qu’il s’agit soit d’un simple pied, soit que la recharge se fera par induction.
  • Il présente un pourtour structuré, ce qui pousse à s’autoriser à envisager un revêtement type caoutchouc pour ne pas laisser choir l’iDevice.

Bref, ça ne serait-il pas le design du prochain chargeur à induction entrevu dans les brevets de la Pomme (ici en particulier)  ?
Comme en témoigne le texte barré ci-dessus, j’ai tout d’abord cru à un nouveau dock à recharge par induction mais il ne semble s’agir que du support utilisé dans les magasins.
N’empêche, déposer le design d’un support de vente, n’est-ce pas une preuve de plus de la maniaquerie d’Apple pour les détails ?

Rechargez votre iPhone avec vos… écouteurs

On le sait depuis de nombreuses années maintenant, l’enfer est un endroit dans lequel on doit retrouver le bon câble pour recharger le bon appareil parmi la montagne de chargeurs que nous avons accumulé durant notre vie de consommateur.

Le tri par couleur, une tactique originale…

Mais heureusement pour nous, Apple a (une fois de plus) la solution. Et comme il se doit, elle en a déposé le brevet (demande US 20110188677).

L’idée est très simple (comme beaucoup d’idées géniales): enrouler plusieurs fois le câble des écouteurs d’un iPhone / iPod autour d’un barreau afin d’obtenir un solénoïde. La recharge se fait ensuite par induction (en gros et en très résumé: un champs magnétique traversant un solénoïde produit du  courant électrique).

La « charging tower » vue en coupe:

Evidemment, cette technique ne s’adresse pas aux générations actuelles d’iDevices puisqu’elle demande une modification permettant le passage du courant des écouteurs à l’appareil rechargé (par le point de contact n°110 dans le premier schéma), les écouteurs devant reposer sur l’appareil. Elle présente cependant une alternative intéressante à la technique mise en oeuvre par certains de ses concurrents.

Intéressant mais un peu éloigné du standard Micro-USB qu’Apple s’est engagée à utiliser… (à ce propos, il est où le Micro-USB de mon iPhone ?)

%d blogueurs aiment cette page :