Mountain Lion : quelques astuces en vrac

Astuces en vrac, trouvées en farfouillant de-ci de-là sur Mountain Lion.

Faire apparaitre le centre de notifications

Glisser deux doigts du bord droit du trackpad vers la gauche fait maintenant apparaitre le Centre de notifications,

Utiliser l’affichage de tous les onglets dans Safari

Safari possède maintenant un affichage des onglets ouverts similaire à celui de son petit frère sous iOS.

Pour utiliser la fonction vous pouvez cliquer sur l’icône idoine…

mais également pincer deux doigts sur le trackpad (mouvement dit du « pinch » dans lequel deux doigts vont l’un vers l’autres sur le trackpad).

Ajouter la voix de Siri en français dans l’interface vocal

Avec l’arrivée de la dictée vocale, OS X gagne toute une foule de voix utilisables. Par défaut (chez moi en tout cas), une voix masculine anglaise est sélectionnée. Pour ajouter des voix dans d’autres langues, allez sous Préférences Système > Dictée vocale et Parole et cliquez sur Voix système. En bas du menu déroulant, choisissez Personnaliser…

Pour la voix française de Siri, choisissez Thomas.

Un fichier de 425 Mo est alors installé sur votre Mac et Mountain Lion vous parle avec la même voix que votre iPhone. Pour utiliser la dictée vocale (après l’avoir activée) appuyez 2x sur fn ou allez dans Edition > Démarrer Dictée vocale.

Forcer l’ouverture d’une application qui ne vient pas du Mac App Store (MAS)

Mountain Lion montre les crocs dès que vous voulez utiliser une application ne venant pas du Mac App Store ou n’ayant pas été signée par le développeur.

Cette fonctionnalité protectionniste protection peut être appliquée avec plus ou moins de sévérité, voire totalement désactivée, dans les préférences système (Sécurité et confidentialité).

Si vous ne souhaitez pas ouvrir les vannes en grand et permettre à n’importe quel spyware bulgare de pourrir votre petit paradis numérique, mais que vous voulez tout de même utiliser ce superbe logiciel acheté à un rebelle du MAS, il existe une façon d’en forcer l’ouverture.

Pour cela, faites un clic droite sur l’application et choisissez Ouvrir.

Mountain Lion va alors vous demander de confirmer cette exception à la règle vue plus haut et accepter que le renégat s’ouvre tout de même, sans modifier le degré général de sécurité.

☞ Cet article sera mis à jour au fil des découvertes ☜

Moutain Lion : jusqu’ici tout va bien

Vous en connaissez beaucoup, vous, des systèmes d’exploitation dont vous pouvez lancer l’installation d’une nouvelle version en allant vous coucher et retrouver votre ordinateur prêt à travailler le lendemain, sans aucune intervention de votre part ?

Vous l’aurez compris, je n’ai pas pu résister à la tentation d’installer Mac OS X 10.8 (connu sous le nom de Mountain Lion) dès sa sortie, jetant pour l’occasion aux orties ma sacro-sainte réserve d’une semaine « pour voir si des bugs apparaissent sur le Net ». Impossible de résister à l’arrivée du centre de notifications, de l’application Rappels, à la synchronisation iCloud, à Power Nap et au mode AirPlay (voir ici pour un descriptif de toutes ces superbes fonctionnalités).

Cet article est écrit à chaud, mais le moins que l’on puisse dire est qu’à priori tout fonctionne sans encombre. Si vous êtes tentés de passer en 10.8, je vous recommande tout de même de jeter un oeil sur le site  RoaringApps.com histoire de vérifier que vos principaux logiciels sont bien compatibles avec Mountain Lion (pour ma part, j’ai du passer Parallels en version 7, sinon tout le reste fonctionne).

Je signalerai ici d’éventuels problèmes en cas d’apparition.

Ah, et n’oubliez pas de faire une copie du fichier d’installation avec Lion DiskMaker de l’Ami Guillaume (et de faire une petite donation, comme Woz).

Lion DiskMaker, pour rugir de plaisir à partir d’une clé USB

Apple: vers une diversification dans le médical ?

Apple et la médecine, c’est un peu comme deux adolescents qui se tournent autour sans vraiment oser conclure. La firme à la pomme serait-elle sur le point de faire le premier pas en s’engageant dans la fourniture de services pour les personnes équipées d’aides auditives ? C’est en tout les cas ce que l’on est tentés de penser devant les deux demandes au nom d’Apple que l’Office américain des brevets (USPTO) a rendu publique ce matin même.

De quoi ça parle ?

Dans le premier document (US 20120183165), les ingénieurs à pépins proposent la mise à jour en temps réel du profil d’utilisation d’un appareil auditif en fonction de la situation dans laquelle se trouve la personne qui en est équipée.

De tels dispositifs existent et permettent d’aller plus loin que la simple modification du volume d’écoute.

« These programs reduce audio feedback (whistling), reduce background noise, detect and automatically accommodate different listening environments (loud vs. soft, speech vs. music, quiet vs. noisy, etc.), control additional components such as multiple microphones to improve spatial hearing, transpose frequencies (shift high frequencies that a wearer may not hear to lower frequency regions where hearing may be better), and implement many other features. In some embodiments, the hearing aid wearer has almost complete control over the settings of most, but not all, settings.« 

L’amélioration du concept, telle que proposé par Apple, consiste à détecter automatiquement des éléments de l’environnement (un concert de rock, des travaux, la TV du voisin, un concert de vuvuzelas, les exemples imaginables sont sans fin), à les transmettre à un serveur distant pour que celui-ci détermine le profile d’utilisation le mieux adapté et le communique à l’appareil auditif. Ce dernier modifie alors ses paramètres (traitement du signal pour réduire le bruit de fond, transposition de fréquences, etc…) sans que l’utilisateur n’ai à le faire lui-même (une validation lui est tout de même demandée).

L’appareil auditif peut avoir recours  à un dispositif de transmission externe pour communiquer avec le serveur, dispositif également susceptible de stocker les profiles. La demande de brevets mentionne l’iPhone mais également l’iPod comme pouvant assurer ce rôle d’intermédiaire.

Le second document (US 20120183164) va plus loin en proposant toujours une mise à jour contextuelle et en temps réelle du profile d’une prothèse auditive mais cette fois en réseau avec d’autres utilisateurs. Il ne s’agit donc de rien de moins qu’un réseau social pour malentendants, ce que la demande de brevet mentionne par ailleurs dans son titre « SOCIAL NETWORK FOR SHARING A HEARING AID SETTING ».

US 20120183164 – Lets get social

Là encore, le rôle de transmetteur est joué par un iPhone qui, l’on s’en doute, hébergera également l’application de réseau social. Le système est intéressant en ceci que les utilisateurs se trouvant dans un événement donné pourront attribuer une note à chaque profile disponible et ajouter un commentaire, permettant aux autres utilisateurs de sélectionner le meilleur profile.

« […] The received review includes at least a commentary portion and a rating portion each provided by a previous user of the hearing aid setting, and wherein the hearing aid setting is requested only when the received review indicates that the updated hearing aid setting is acceptable based upon the commentary portion and the rating portion.« 

So what ?

Voilà une première étape de franchie pour Apple vers ce qui pourrait être une diversification pertinente. La mise en oeuvre de ces deux demandes de brevets permettrait en effet de conclure un partenariat avec des fabricants d’aides auditives, de vendre une App spécialisée, de tirer partie de ses fermes de serveurs pour le traitement des données et, last but not least, de remettre un pied dans les réseaux sociaux (même si celui-ci serait plus proche de Localiser mes amis que de Facebook).

Certes, la tentation « Medical device » n’est pas nouvelle chez Apple comme en atteste la vidéo ci-dessous dans laquelle Scott Forestall présente iOS 3 comme une plateforme pour le monitoring médical. Ce qui est nouveau, en revanche, est le fait qu’Apple développe elle-même cette technologie alors qu’elle se limitait jusqu’ici à présenter des utilisations de sa plateforme mobile par des tiers.

Ces deux demandes de brevets rejoignent donc celle dans laquelle Apple envisageait l’intégration d’un détecteur cardiaque dans son iPhone pour constituer ce que l’on pourrait imaginer être le prémisse du porte-feuille brevets d’une nouvelle business unit: Apple Medical.

%d blogueurs aiment cette page :