Logitech K760: un clavier pour tous vos appareils

Si comme moi vous avez une pleine brouette de Macs, iPad et iPhone et que vous voulez les utiliser avec un clavier bluetooth, les options sont relativement réduites:

a) Vous devez effectuer le couplage bluetooth avec chaque appareil au moment de l’utiliser.
b) Vous devez acheter un clavier par appareil.

Sonnez trompettes, résonnez castagnettes, vous avez désormais une troisième option et elle s’appelle Logitech K760.

La firme suisse (bien que pas très en forme sur le plan financier ces derniers mois) vient en effet de lancer un clavier Bluetooth alimenté par la lumière ambiante et disposant de trois couplages bluetooth simultanés !

Le passage d’un couplage à l’autre se fait au moyen des boutons F1 à F3 et le transfert d’un appareil à l’autre est quasi instantané (je dirais moins de deux secondes, si j’en crois mon horloge atomique de poche).

Couplé à un Mac, le clavier dispose de toutes les touches nécessaires au pilotage d’OS X.
Couplé à un iPad, la touche F5 simule une pression sur le bouton principale de la tablette et la touche d’éjection fait apparaitre / disparaitre le clavier virtuel de l’écran.

Côté confort, les touches du K760 sont très loin de la qualité d’un clavier Apple (la frappe est un peu bruyante) mais leur espacement est agréable et la résistance des touches est correcte.

D’une dimension très raisonnable, ce clavier se glisse aisément dans un sac de transport et accompagnera donc à moindre encombrement votre apple store mobile.

Doté de trois ans de garantie, ce périphérique est vendu CHF 99.- en Suisse et € 79.99 en France et en Belgique.

Publicités

ColoriX

Amis peintres, architectes et designers, réjouissez-vous ! En fait, même si vous ne faites pas partie d’une de ces catégories professionnelles mais que vous manipulez des couleurs et leurs références, vous pouvez vous réjouir aussi.

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une application et d’un accessoire iPhone qui vont changer votre façon de travailler, et grandement la simplifier.

Permettez, avant que j’entre dans le vif du sujet, d’apporter ici une précision importante. Ce billet n’est pas sponsorisé. En aucune manière ou d’aucune façon que ce soit. Même pas avec des Carambars, hein. Voilà, c’est dit ! (En fait, je ne fais jamais de billet sponsorisé) [update: depuis lors, le développeur m’a gentiment offert une licence gratuite, mais j’avais écris avant, hein, alors ça compte pas…]

Bon, fin de la digression et retour au sujet.

Il vous est certainement déjà arrivé d’être dans une situation où vous souhaitez changer la couleur de quelque chose. Par exemple, repeindre une pièce, votre bateau ou votre maison. Oui, mais avec quelle couleur ? Personnellement, j’ai appliqué plusieurs fois la technique « photo + photoshop » lorsque je voulais peindre une pièce. Le problème est que la photo n’est jamais parfaitement éclairée, l’application de la couleur demande de passer du temps pour définir les zones concernées (et je vous passe les murs avec des tuyaux ou des vieux radiateurs) et le résultat ne correspond jamais tout à fait à la réalité (illumination, contraste, ombre, etc…). Ah, et vous avez la référence RGB de la couleur, mais une fois au magasin de peinture, vous faites comment ?

C’est pour répondre à ce problème que la société suisse Colorix Sàrl a développé son application iPhone (voir le reportage de la TSR).

Cette iApp, nommée simplement Colorix.com (CHF 14.- ou € 9.99), permet de prendre une photo de ce sur quoi vous voulez appliquer de la couleur (maison, T-Shirt, etc…) ou choisir une image dans votre iPhone, et d’y appliquer ladite couleur en une ou deux opérations. Un petit film valant de longues phrases (surtout les miennes), regardez plutôt l’exemple ci-dessous (inutile de pousser le son, il n’y en a pas. Ah, et si vous n’avez pas cliqué dessus en haut, regardez aussi le reportage de la TSR).

Comme vous l’avez vu dans la vidéo, définir une zone à colorer se faite d’une simple pression du doigt. La finesse de la sélection est ensuite définie avec une petite « molette ». Vous pouvez choisir vos couleurs parmi les palettes NCS ou RAL (d’autres palettes peuvent être ajoutées en les achetant sur le site de ColoriX et uploadées) et les appliquer en choisissant le niveau de transparence voulu. L’algorithme de détection des zones est très performant, mais des retouches peuvent être faites au doigt (sans débordement).

Le résultat est bluffant ! Croyez moi, j’ai eu la chance d’assister à une présentation de l’application sur un iPhone 3G et le temps de calcul est étonnamment court.

Ajoutez à cela la possibilité de géo-tagger votre image, ajouter des notes (écrites ou audio) et envoyer le résultat par e-mail et vous avez là un outil extrêmement efficace pour qui doit gérer un projet visuel nécessitant plusieurs déclinaisons de couleur !

J’ajouterai pour terminer qu’une version iPad devrait voir le jour (et une version desktop, peut-être ?), ce qui va certainement encore ajouter de l’attractivité de la chose pour un usage professionnel.

Ah, and one more thing !

ColoriX ne s’arrête pas là. Elle complète son offre professionnelle par un colorimètre, le ColorCatch 3, qui peut communiquer par Bluetooth avec l’iPhone !

Placez le colorimètre Bluetooth sur le mur d’une maison, une palette de référence ou une simple feuille et il vous en donnera instantanément la référence de la couleur. Ne reste plus qu’à la transmettre à l’iPhone pour l’appliquer, au moyen de Colorix.com, sur l’image de votre choix. Attention, ColorCatch 3 s’adresse clairement aux professionnels avec un prix de CHF 799.- (environ € 580.-). Et quand je vous aurai dit que ce périphérique a été validé par Apple « Made for iPhone », vous mesurerez le potentiel de la chose (à priori, une première pour un périphérique Bluetooth qui ne soit pas un système audio ou une oreillette).

A n’en pas douter, nous allons entendre parler de cette application dans les mois à venir !

Et c’est le soleil qui paie !

Si comme moi vous êtes régulièrement sur la route et que vous devez téléphoner en roulant (mais non maman, c’est pour rire) ou que vous passez de longues heures sur Skype avec des clients, vous êtes certainement amenés à envisager l’usage d’une oreillette Bluetooth (pour ceux qui ne savent pas encore ce que c’est que le Bluetooth, Wikipedia vous l’explique en détail ici et la Chanson du dimanche  ne l’explique pas – mais avec humour –  ici).

Personnellement, le truc qui me gonfle au plus au point avec les oreillettes BT (pour BlueTooth, au cas où), c’est le fait que j’oublie systématiquement de les recharger et que, du coup, elle sont inutilisables lorsque j’en ai besoin.

Oui mais voilà, il y a une solution: l’oreillette IQUA 603 SUN.

L’entreprise finlandaise IQUA (fondée par des anciens de Nokia), a eu l’idée de génie de doter son oreillette d’un module solaire (en a-Si pour ceux que ça intéresse) qui lui permet de se recharger toute seule ! Fini les fils à la patte et les « ne pas oublier de recharger l’oreillette cette nuit ». Et après un mois d’utilisation, je peux vous le garantir: ça change la vie.

Voici quelques remarques qui aideront (je l’espère) ceux d’entre vous qui hésitent à casser leur tirelire:

Une cellule solaire c’est cool, mais est-ce que ça marche ?
Et bien oui, et plutôt bien ! Après avoir déballé l’oreillette, je l’ai chargée une fois complètement avec l’adaptateur secteur, comme recommandé. Après, je n’ai plus ressorti le câble en un mois, et ce n’est pas faute d’avoir utilisé l’oreillette. Le fabricant annonce jusqu’à 12 heures de temps de parole (selon la lumière ambiante).

Peut-on utiliser l’IQUA 603 SUN avec un iPhone ?
Oui, oui, oui et oui ! En tout cas avec un 3G. L’appairage se fait sans problème. La prise d’appel, le volume et l’arrêt fonctionnent très bien, tout comme le rejet d’appel. Seule ombre au tableau, l’oreillette ne permet pas d’écouter de la musique ou un son n’étant pas lié à la fonction téléphonie de l’iPhone (ou alors je n’ai pas compris comment faire).

Peut-on aussi l’utiliser avec son Mac ?
Là encore, oui. Et il est même possible d’appairer l’oreillette avec 8 appareils. Utilisée avec un Mac, on peut s’en servir pour Skype ou comme sortie audio. Attention toutefois, l’utilisation avec Skype nécessite de modifier manuellement le réglage audio de ce soft (même en utilisant l’excellent SoundSource pour gérer ses périphériques audio).

La qualité est-elle bonne ?
Si ce n’est pas ce que j’ai entendu de mieux, cela reste tout à fait acceptable. Pas pire que l’iPhone lui-même, en tout cas.

Combien ça coûte ?
J’ai acheté l’IQUA SUN pour CHF 79.- (€ 52.-) chez Orange Suisse.

Ce que j’en pense ?
Au cas où vous ne l’auriez pas encore remarqué, je suis totalement convaincu  par ce produit. La recharge solaire est tout simplement géniale et fonctionne même à l’intérieur. Et le plus beau ? l’électricité pour l’alimentation est payée par… le soleil !

PS: si vous avez des questions, n’hésitez pas à me les poser en commentaires ou sur Twitter (http://twitter.com/macbrains).

%d blogueurs aiment cette page :