Ma vie sans Flash (ou presque)

Par David Borel

© Jérémie Borel 2010

Saint Steve l’a dit: « Flash c’est le mal »

En gros, selon lui, ce logiciel serait responsable de l’épuisement prématuré des batteries de nos portables et du bruit assourdissant, genre « l’attaque des hélicos dans Apocalypse Now », émis par les ventilos des machines mises à genoux par le vil gourmand (ne manque que La chevauchée des Walkyries en fond sonore).

Et tout ça pour quoi ? Pour nous assaillir de pubs pour vacances de rêve (alors qu’on bosse comme des mules) et nous permettre de regarder des vidéo de LOLCats kikoo kawai sur Youtube.

Au moment de l’annonce de Jobs, j’avais écarté l’argument d’un revers de main dédaigneux, pensant qu’il s’agissait d’une excuse facile pour n’avoir pas trouvé de terrain d’entente avec Adobe (il faut dire qu’ils ont un lourd passif, ces deux là).

Et puis, lentement, Twitter s’est mis à crépiter de messages du genre « j’ai désactivé Flash sur ma machine et la batterie se porte mieux ». Ce doux gazouilli étant émis par des gens que je considère comme des cadors du Mac, je me suis dit qu’après tout « c’était peut être pas si bête ».

Or donc, voilà quelques jours que j’ai pris des mesures. Et autant vous le dire tout de suite: je suis ravis.

Je n’ai pas encore vraiment viré Flash de ma machine. Je suis trop poltron pour ça. Mais j’ai installé une extension Safari appelée ClickToFlash (ou cherchez-là ici). Et que fait-elle de beau, cette extension ?

Tout d’abord, elle neutralise tout les éléments en Flash d’une page web et les remplace par des rectangles gris marqués « Flash ».

Bye bye la pub !

Les avantages immédiats (outre le fait que l’on est moins tenté d’acheté l’un de ces superbes nouveaux MacBook Air si appétissants) sont un temps de chargement bien plus court pour les pages web et une lecture plus sereine (pas de trucs qui bougent et « flashent » dans tout les coins. Quoique sur MacG, ça va encore). Si vous souhaitez afficher un élément Flash, il suffit de cliquer une fois dessus, et le tour est joué.

Ensuite, l’extension se donne la peine de vous proposer un contenu alternatif dans le cas des vidéos (H.264).

Et ça fonctionne du tonner de Jobs.

Si vous souhaitez tout de même visionner la vidéo en Flash, pas de problème, faites un clic droite dessus…

… et de choisissez l’option « Reload in Flash ». Notez au passage l’option « Download Video » (pirater c’est pas bien, hein). Petit apparté: notez aussi la présence de des options Instapaper, 1Password et Evernote dues aux extensions et modules du même nom. Mais c’est une autre histoire.

Côté configuration (Safari > Préférences > Extensions), l’extension permet de gérer pêle mêle:

  • la résolution maximum
  • le volume sonore
  • une whitelist (sites où Flash est activé)
  • le contenu du menu contextuel (clic droit)
  • et pleins d’autres trucs complètement obscures (sIFR text, kesako ?)

Flash est un vrai boulet. N’hésitez pas une seconde à le larguer et à vous la belle vie.

PS: petit rappel, n’oubliez pas de devenir Fan de MacBrains sur Facebook, hein.

Publicités

Apple vs Adobe : C’est la guerre colonel !

Si l’on en crois les bruits de bottes qui résonnent sur le web, Apple et Adobe seraient sur le point d’en découdre une bonne fois pour toute (voir cet article de MacGénération ou encore celui-ci). Pourtant, si les deux sociétés ont une longue et fructueuse histoire de coopération, le ciel n’a pas toujours été bleu et les escarmouches remonte à bien loin (1991 et l’introduction de TrueType par Apple, une histoire racontée en détail ici).

C’est en voulant faire un un point sur cette relation « amour-haine » que m’est venu l’idée de réaliser une infographie qui récapitule la « guerre pas si froide » que se livrent Apple et Adobe. Je vous la livre ci-après, suivi de quelques remarques (en-dessous).

Première constatation, nous avons affaire à un conflit asymétrique à tout point de vues. Apple a 4.2 fois plus d’employés, un revenu 12 fois plus important et une puissance de feu « brevets » 4 fois supérieure à celle d’Adobe.

Seconde constatation, la plupart des « conflits » ont été le fait d’Apple qui, dans 80% des cas répertoriés dans cette infographie, a sorti un produit concurrent à une solution d’Adobe déjà sur le marché. Seules exceptions: Lightroom et Soundbooth.

Le dernier conflit en date (appelons-le « la Guerre du Flash »), n’est donc qu’une nouvelle étape dans la confrontation. Elle a ceci de particulier que pour la première fois, Apple n’oppose pas un logiciel équivalent à une solution commerciale d’Adobe mais un écosystème complet (iPhone/iPad + SDK). Ce changement de tactique trahit-il les prémices du clash final ?

Dans le même genre, voir aussi: La Propriété Intellectuelle d’Apple en une seule image

Bookmark and Share

%d blogueurs aiment cette page :