Quand votre iPhone rencontre votre voiture, ils parlent de la route.

Bon, OK, le titre est un peu pourri. Mais en même temps, je suis à moins de 4h de mes vacances, alors bon, hein.

Toujours est-il qu’une demande de brevet au nom d’Apple qui a été publiée hier a pour objet un système de calcul de temps de trajet ne se basant pas que sur la distance à parcourir et les limitations qui s’y appliquent. Non, Apple fait (toujours) mieux. Le système proposé repose sur la prise en compte de facteurs extérieurs pour calculer un temps de trajet plus réaliste.

us20090182492

Ci-dessus, le schéma de principe. On y voit un iPhone (tenez, vous voyez comme il est ressemblant ? Cf l’article de ce matin) qui communique avec l’ordinateur de bord d’une voiture. Notez la carte affichée… (les geeks-fanboys comprendront).

us20090182492b

Or donc, cette demande de brevet décrit bien l’interaction entre un iPhone et une voiture en vue de calculer le temps de trajet estimé. Pour cela, les facteurs suivants sont pris en compte (liste non exhaustive):

  • les caractéristiques du véhicule
  • les conditions de route
  • les conditions saisonnières (neige ?)
  • les habitudes du conducteur (vous)
  • les précédents trajets similaires effectués
  • les obstacles, tels que feux rouges, trains,…

Il ne manque plus que l’application qui appel votre destination pour signaler que vous serez en retard.

Publicités

Navigon Europe: le test

Et voilà, je n’ai pas su résister plus longtemps à l’appel du GPS sur iPhone (oui, je suis faible). Je m’étais pourtant promis d’attendre au moins la sortie de la solution Tomtom avant de choisir celle qui allait remplacer mon vieux GPS décati (en fait, un kit Kirrio couplé à un Palm Zire 31 faisant tourner Mapsonic tant bien que mal).

Le cahier des charges était simple: tourner sur iPhone, avoir le guidage vocale, les cartes de Suisse et de France et être utilisable sans forfait données à l’étranger.

Après une éternité semaine à attendre en vain que Tomtom lance son offre, j’ai décidé de décharger ma carte de crédit de CHF 105.- (€ 74.99.-) pour acquérir la version europe de Navigon pour iPhone. A signaler que des versions restreintes existent (Allemagne-Autriche-Suisse ou France) et sont moins chers, mais elles ne couvrent pas mes besoins (FR + CH). La version choisie (Europe) comprend une liste de pays longue comme le bras (et visible sur l’AppStore).

Premier constat, le fichier est « lourd » (1.65 Go, ce qui nous met le Megabyte à € 0.04.-). L’installation s’est déroulée sans aucun problème.

Le lendemain, j’ai profité d’un déplacement professionnel sur Lyon pour tester en Live cette solution. Pour la petite histoire, mon vieux « GPS » était du voyage, au cas où, mais il n’a pas quitté sa boîte. Le retour d’expérience qui suit se base donc sur ce voyage.

Dernière précision, mon iPhone est un 3G et la réception GPS a été parfaite durant tout le trajet, même à travers le pare-brise de ma Picaso (qui empêchait mon GPS précédant de fonctionner sans antenne extérieure).

Lancement

Le lancement du soft prend tout de même 18 secondes sur un iPhone 3G. Le premier écran affiché est vraisemblablement dû aux travail de fonds des juristes de Navigon AG…

NavigonSans blagues…

Arrive ensuite l’écran principal.

Menu Principal

Navigon1

La première option (Saisir adresse) permet de saisir directement l’adresse de destination souhaitée (Pays > Localité > N° et Rue).

Adresse utile

Cette seconde option permet de localiser un point d’intérêt (POI) particulier à proximité de sa position, dans une ville donnée ou au niveau national.

Navigon2

Le type de points d’intérêts identifiables est large et complet (station d’essence, stationnement, restaurant, hôtel, distributeur de billets, banques, shopping, aéroport, gare, concessionnaire automobile, location de voitures, tourisme/nature, culture, sport, école & formation, autorités & police, services de santé, poste, sanctuaires, port).

Navigon3

Chacun de ces types de point peut ensuite être recherché par sous-domaines (les stations essence par marque, les banques par société, les restaurants par type de cuisine (!),  etc…).

Navigon4

Très utile et très bien fait ! Les trois raccourcis en bas de l’écran Adresse utile peuvent être paramètrés jusqu’au niveau sous-catégorie. Seul regret, leur nombre est réduit à 3.

Rentrer à la maison

L’option Rentrer à la maison permet de… rentrer à la maison (si si) d’une simple pression du doigt. Evidemment, il est nécessaire d’avoir défini l’adresse de son domicile avant. Cela n’est en effet pas automatiquement récupéré depuis le carnet d’adresse. Particulièrement agréable en fin de journée…

Afficher Carte

Il s’agit ici d’afficher la carte de son emplacement actuel, sur le même principe que l’application Plan.

Favoris

Dans cet interface, vous retrouvez toutes les adresses que vous avez sélectionnées comme favoris. Tous les types d’adresses sont éligibles (même votre crêperie favorite… voilà, je suis grillé… tout le monde sait désormais que la Crêperie Beaubourg est dans mes favoris…)

Navigon5

Destinations récentes

Cette option est très pratique. Un peu sur le mode de la liste Appels de l’iPhone, elle permet de reprendre une adresse utilisée dernièrement sans avoir à passer par le carnet d’adresse ni avoir à charger sa liste de favoris. Ici pas de capture d’écran… vous ne voudriez pas aussi mon code de carte bleue, non ?

Contacts

Votre carnet d’adresse est directement accessible depuis Navigon. Si plusieurs adresses sont renseignées pour un contact, vous pouvez très facilement sélectionner celle que vous désirez. Rien à redire ici, la fonction fait exactement ce que l’on attend d’elle, sans excès ni originalité.

En route

En route, donc. En premier lieu, l’application est très rapide dans la phase de calcule de l’itinéraire (assez impressionnant vu l’étendue géographique couverte par le soft). En cas de changement impromptu d’itinéraire (comprenez « je me suis planté de chemin »), le calcule se fait assez rapidement pour vous éviter de faire 50 Km avant de retrouver un itinéraire correct. Comme je suis très respectueux de la dame qui parle dans la boîte (je l’ai baptisée Moneypenny… oui, bon, je fais ce que je veux, aussi), je n’ai pas non plus cherché à trop m’étendre sur le sujet (faut aussi dire que j’avais rendez-vous, hein).

Affichage

L’affichage de la carte par défaut se fait en « 3D », type « vue plongeante ». Je ne suis pas un grand fan de ce type de vue (je préfère une vue « à la verticale ») mais il faut dire qu’ici cet affichage est très réussi !

Navigon6

Un basculement de l’iPhone permet de passer en mode paysage. Personnellement, je préfère la vue « portrait » qui apporte plus de « profondeur de champ ».

Navigon7

Une vue en mode « plan » (vue à la verticale) est aussi disponible mais la carte ne s’orientant pas dans le sens de la marche, elle n’est pas vraiment utilisable.

Les directions, distances (à gauche) et noms de rues (en bas) sont très clairement indiqués, de même que l’heure estimée d’arrivée (en haut). L’affichage se complète avec une indication de la limitation de vitesse en vigueur sur la route où vous vous trouvez. A ce propos, en de nombreux endroits de mon trajet cette indication était incorrecte. Une alerte visuelle s’affiche lorsque vous dépassez la vitesse limite (de même qu’une alerte audio « Attention ») d’une marge que vous pouvez paramètrer pour les différents types de routes (15 Km/h sur autoroute, 5 en ville, par exemple). Très pratique. L’application ne propose malheureusement pas d’alerte sur les radars fixes, ce qui est bien dommage. Une extension (sans doute payante) sera sans doute mise à disposition ultérieurement (il n’y a pas de petits profits, non ?).

Les sorties d’autoroute sont très clairement indiquées, avec un graphisme sans aucun reproche et une fidélité déconcertante (« mais… mais… ils ont un type qui m’envoie des photos depuis une voiture qui me précède, ou quoi ?! »).

Navigon 8

Vraiment très (très très) pratique et agréable !!!

Guidage audio

Le guidage audio est très claire et précis. La voix de Moneypenny est distincte, quoique le haut-parleur du iPhone est peut-être un peu juste lorsque l’environnement sonore est très bruyant. Les indications sont précises et données bien assez tôt. Elle sont même répétées lorsque c’est nécessaire (avant un rond-point et dans le rond-point). Cerise sur le gâteau, la destination est même donnée du bon côté de la route (« Votre destination se trouve sur la droite de la route »).

Conclusion

Ma conclusion ? J’ai rarement été aussi contant d’avoir claqué 100 balles (€ 75.-) pour un soft !!! (la dernière fois c’était pour Things. Comment, je ne vous ai pas encore dit tout le bien que je pense de Things ? Il faudra que j’y remédie un de ces jours). J’ai exactement ce que je cherchais: un système de guidage « turn by turn », toutes les cartes d’europe, il fonctionne sans forfait « data » à l’étranger et… il est beau ! (que dis-je, « magnifique »).

Voilà. Ne cherchez plus, achetez !

Je vous met encore un petit tableau récapitulatif des points forts et faibles (?!), histoire de respecter les codes de ce genre d’exercice. Un dernier mot: si vous constatez une erreur dans ce test (je ne suis pas infaillible et je n’ai certainement pas tout vu), n’hésitez pas à utiliser les commentaires pour me le faire savoir.

Revue

UPDATE 07.08.2009:

  1. Après usage, il s’avère qu’un tapotement dans la barre supérieure (là où est indiquée l’heure estimée d’arrivée) permet de modifier l’information affichée. Il est alors possible d’indiquer la vitesse actuelle (!) -> un point négatif de moins.
  2. Une mise à jour récente a apporté l’ajout de l’indication des radars fixes (dans certains pays) -> un demi (certain pays, j’ai dis) point négatif de moins.

%d blogueurs aiment cette page :