Un dos en métal arrondi pour l’iPhone 6 ?

L’indiscrétion vient d’une demande de brevet publiée ce matin au nom d’Apple: un futur iPhone (le 6 ?) pourrait voir le retour du dos arrondi des premiers modèles.

La différence avec le modèle original est que, cette fois, Apple souhaite doter son appareil d’un dos en métal monobloc et sans cadran en façade. Autrement dit, la construction proposée se passerait de tout cadre métallique sur la face avant. Explication d’Apple elle-même:

« The handheld electronic devices includes at least a single seamless housing having a front opening and a cover disposed within the front opening and attached to the seamless housing without a bezel. The invention relates, in another embodiment, to seamless housing formed of a single sheet of metal. »
US 20130021280 – Apple Inc. – Publication date: January 24, 2013

Le design en résultant serait donc très net, avec une transition directe entre le métal arrondi et le verre, à l’image de l’iPad.

Vue générale

Image du brevet

La demande de brevets donne beaucoup de détails sur le processus d’assemblage et d’alignement des éléments, l’occasion de jeter un coup d’oeil sur l’agencement des composants.

Comme des sardines

Certes, il ne s’agit là pour l’heure que d’une demande de brevet et rien ne permet d’affirmer que le dos rond fera son retour dans les prochaines versions du smartphone frappé d’une pomme. Cependant, la prise en main de l’iPhone 1, 2 et 3 ayant de nombreux supporters (dont votre serviteur), il s’agirait d’une option qui ravirait bon nombre d’utilisateurs.

PS: Pour ceux que cela intéresse, la demande de brevet dont il est ici question peut être consultée en PDF ici: US20130021280

 

Power Up

Etant un lecteur assidu du blog de David Bosman, j’ai relevé avec intérêt l’un de ses derniers billets (oui, ça date d’une bonne semaine mais que voulez-vous, j’ai en ce moment la vivacité d’une huître bourrée au somnifères… hiver oblige)  concernant le manque d’endurance de la batterie de l’iPhone et les problèmes que cela ne manque pas de provoquer en l’absence de prise électrique (ou de chargeur).

Etant moi-même confronté au problème de façon quotidienne et puisque l’autre David propose de lui répondre sur nos propres blogs (il a malheureusement fermé les commentaires du siens), je profite de l’occasion pour vous livrer mon expérience et ma solution.

Le coup de la panne

Ma position professionnelle fait que je suis perpétuellement en mouvement, (train et voiture principalement). J’utilise donc mon iPhone comme moyen de communication principal pour rester en contact avec mes collègues et mes clients. Si la fonction téléphone est évidemment utilisée dans ce cadre là, celles d’accès à Internet et à mes mails sont encore plus importantes. De plus, je fait un usage intensif du GPS et du partage de connexion avec mon iPad et mon MacBook Air, bien que ce second soit de plus en plus rarement dans mon sac, l’iPad suffisant amplement à mes besoins… mais c’est une autre histoire dont je vous reparlerai certainement prochainement.

Dès lors, la situation décrite par David Bosman m’est très familière, à savoir « se retrouver avec une batterie à 40% dès le milieu de journée ». Cet état de fait pouvant provoquer des pics de stress lorsque l’on a son billet de train sur son iPhone et que celui-ci flirte avec les 5% de batterie sur le chemin du retour.

Ma (mes ?) solution(s)

Si l’utilisation systématique d’un adaptateur pour allume cigare va de soi dès lors que l’on utilise son iPhone comme GPS (attention, cela draine la batterie plus vite que celle-ci se recharge) dans sa voiture, le cas du train et du travail en extérieur pose un problème plus compliqué.

Fort heureusement, les compartiments de première classe des CFF proposent désormais une prise à chaque siège, permettant la recharche de nos périphériques communicants. Quelques bistrots proposent également, à l’image de certains Starbucks, des tables avec prises électriques. Pour tirer partie de ces points de recharges, il convient donc de toujours avoirs un chargeur dans son sac.

Mais quid des gens voyageant en seconde classe, des vieille rames de train dépourvues de prises et de tous ces lieux « unplugged » dans lesquels on se retrouve à travailler lorsque l’on voyage beaucoup ? La solution que j’expérimente avec bonheur depuis plusieurs mois est d’avoir toujours avec moi mon Belkin Power Pack 2000.

I got the power !

Belkin Power Pack 2000
Cette image appartient à Monsieur Belkin

Ce boitier de dimensions très raisonnables (plus petit qu’un iPhone 4S et légèrement plus épais) permet d’effectuer la recharge complète d’un iPhone ou une recharge partielle d’un iPad et ceci en un temps assez court (désolé, je n’ai pas minuté l’opération). Tout ce dont vous avez besoin est un câble USB et ne pas oublier de le recharger avant de partir.

Les frères siamois prennent le train

Un iPhone, un Belkin Power Pack et mon indispensable câble USB
à-enrouleur-qui-m’a-sauvé-la-vie-6000-fois

Il existe une version plus costaude de ce produit, permettant deux pleine recharge d’iPhone ou une recharge complète d’iPad (Power Pack 4000) mais le poids de cette version me semble moins intéressant une fois placé dans le sac que l’on doit se trimbaler à longueur de journée.

Voilà donc mon secret pour assumer une journée de travail de 8 heures (et parfois bien plus) en utilisant intensivement mon iPhone: Une batterie d’appoint et un chargeur dans le sac pallient allègrement le manque d’autonomie de l’iPhone.

✆ ✆ ✆ ✆

PS: je n’ai pas trouvé trace de ce produit sur le site français de Belkin mais en cherchant un peu, on en trouve sur un site marchand commençant par Ama et finissant par zon et ceci pour environ 50 dollars. En Suisse, je l’ai trouvé dans les rayonnages de MediaMarkt

Imprimez depuis votre iPad / iPhone via votre Mac

Pour imprimer depuis un iDevice, la solution « standard » consiste à utiliser AirPrint, le protocole mis en place par Apple. Seul problème, ce protocole implique que vous disposiez d’une imprimante WiFi compatible, ce qui se restreint actuellement à une poignée de produit.

Seulement voilà, dans le cas où vous ne pouvez avoir recours à une imprimante WiFi compatible AirPrint (soit que vous ne considérez pas de changer votre imprimante ou que vous vous retrouvez dans un environnement ne le permettant pas, par exemple au travail), cette solution n’est pas applicable.

Mais rassurez-vous, tonton MacBrains a la solution qu’il vous faut: AirPrint Activator.

Gratuit (mais acceptant les donations 😉 ), ce petit bout de programme ajoute un élément dans le panneau de configuration de Mac OS X qui vous permettra ensuite d’utiliser votre Mac comme serveur d’impression depuis un iDevice.

Une fois activé, les imprimantes (USB ou réseau) identifiées dans le panneau de préférences sont disponibles pour une impression par AirPrint depuis les iDevices se trouvant dans le même réseau WiFi.

Attention, pour être atteignable via AirPrint, les imprimantes doivent être partagées (Préférences > Partage > Partage d’imprimantes).

Ne reste plus qu’à se rendre sur votre iPad / iPhone et à lancer une impression.

A noter que d’autres solutions existent, parfois plus complètes à l’image de PrintCentral, mais qu’AirPrint Activator a l’avantage d’être gratuit.

Logitech K760: un clavier pour tous vos appareils

Si comme moi vous avez une pleine brouette de Macs, iPad et iPhone et que vous voulez les utiliser avec un clavier bluetooth, les options sont relativement réduites:

a) Vous devez effectuer le couplage bluetooth avec chaque appareil au moment de l’utiliser.
b) Vous devez acheter un clavier par appareil.

Sonnez trompettes, résonnez castagnettes, vous avez désormais une troisième option et elle s’appelle Logitech K760.

La firme suisse (bien que pas très en forme sur le plan financier ces derniers mois) vient en effet de lancer un clavier Bluetooth alimenté par la lumière ambiante et disposant de trois couplages bluetooth simultanés !

Le passage d’un couplage à l’autre se fait au moyen des boutons F1 à F3 et le transfert d’un appareil à l’autre est quasi instantané (je dirais moins de deux secondes, si j’en crois mon horloge atomique de poche).

Couplé à un Mac, le clavier dispose de toutes les touches nécessaires au pilotage d’OS X.
Couplé à un iPad, la touche F5 simule une pression sur le bouton principale de la tablette et la touche d’éjection fait apparaitre / disparaitre le clavier virtuel de l’écran.

Côté confort, les touches du K760 sont très loin de la qualité d’un clavier Apple (la frappe est un peu bruyante) mais leur espacement est agréable et la résistance des touches est correcte.

D’une dimension très raisonnable, ce clavier se glisse aisément dans un sac de transport et accompagnera donc à moindre encombrement votre apple store mobile.

Doté de trois ans de garantie, ce périphérique est vendu CHF 99.- en Suisse et € 79.99 en France et en Belgique.

Un iPhone dans votre poche, une Pebble à votre poignet

Hier, je suis tombé sur un projet KickStarter tellement cool que j’ai participé à son financement en moins de 5 minutes !

La montre Pebble, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est une « smartwatch » permettant de piloter son iPhone (ou son smartphone Android) par Bluetooth.

Rien de neuf, direz-vous ? Oui, il existe déjà un certain nombre de produits du même type (je ne me souviens plus des sites ou des noms et je n’ai pas le temps de faire une recherche, vous allez donc devoir me croire sur parole), mais la Pebble m’a séduite car:

  • Elle utilise un affichage e-paper et est donc lisible en plein soleil.
  • Elle embarque un accéléromètre.
  • Elle dispose de son propre SDK qui devrait lui garantir l’ajout de nouvelles applications.
  • Elle peut faire fonctionner plusieurs Apps en parallèle.

Si cela ne vous suffit pas, regardez donc cette vidéo (Oui, bon, passons sur la « dream team »…).

Sachant que la montre devrait être commercialisée en septembre 2012 pour $ 150.- et que de supporter le projet à hauteur de $ 115.- vous permet de recevoir un exemplaire, même avec des frais de port de $15, vous êtes gagnants (surtout que le projet est déjà largement financé). Et vous supportez un projet innovant. Si vous êtes intéressés, c’est par ici: http://kck.st/HumIV5

Je vous en dirai plus une fois la bêtes entre mes mains, mais j’ai hâte !

Jeux sur mobiles: Little Games, Big Business

Voilà une série de chiffres assez impressionnants. Et qui n’augure rien de bon pour les hardcore gamers dont je fait partie… 😉

Source

Les différences entre iOS 4 et iOS 5 que vous (n’)avez (pas) vu

Apple a très largement communiqué sur les nouveautés d’iOS5 et Internet s’en est fait le relais à de multiples occasions.

Seulement, ce qui fait qu’Apple est Apple est avant tout son sens du détail. Et il fallait l’oeil aguerri d’un graphiste pour identifier les petites modifications d’interfaces qui ont été opérées presque à notre insu entre les deux versions de l’OS mobile de la Pomme. Oui, ce sentiment diffus en regardant iOS 5 que c’est « pareil qu’iOS 4 mais différent » n’est pas dû au hasard, comme en atteste les comparaisons réalisées par Geoffrey Dorne:

Source: Geoffrey Dorne via OWNI

%d blogueurs aiment cette page :