Red Barrel

Vous regrettez la disparition de 3615 Usul et errez comme une âme en peine sur Youtube à la recherche d’une chaîne traitant de manière intelligente du jeux vidéo ?

Ne cherchez plus et courrez vous abonner à la chaîne de PsEuDoLeSs1, surtout pour sa chronique Red Barrel.

Basé sur une revue des clichés vidéoludiques, cette chaîne encore relativement peu connue (seulement 5’520 abonnés à l’heure où j’écris ces lignes) a un ton qui rappel inévitablement le 3615.

Un pur bonheur que de retrouver des vidéos traitant intelligemment du jeu vidéo et qui nous change un peu des speed gaming fleuve de 36 heures…

 

3 jeux sur Mac pour vos vacances

C’est les vacances mais la météo a décidé de vous clouer à l’intérieur ? Voici une sélection de trois jeux tournant sur Mac qui valent vraiment le détour (et sur lequel nous avons passé beaucoup d’heures ces derniers temps). Ce sont de « petits » jeux (par rapport aux bloc busters du jeux vidéo) mais ils ont trouvé une place dans notre liste des meilleurs jeux de l’année (jusqu’ici et même si ils ne sont pas sorti cette année).

Rogue legacy

RogueLegacy

Le premier jeux de cette sélection n’est pas vraiment nouveau et a déjà fait un sacré buzz sur le Net. Pour notre part, nous l’avons découvert lors d’une chronique de feu 3615 Usul et l’avons usé jusqu’à la corde. Extrêmement fun, doté d’un gameplay très original (le perso aux capacités aléatoires est parfois doté d’un handicape altérant plus ou moins l’expérience de l’utilisateur), Rogue Legacy est « Rogue like généalogique (!) » au graphisme un peu rétro offrant des heures de plaisir… même si vous n’êtes pas un grand spécialiste des jeux de plateformes.  Carrément hardcore par phase, surtout ne vous découragez pas trop vite, même moi je l’ai fini (et pourtant je suis une buse en plateforme).

Disponible sur Mac pour $15, mais aussi sur PC, Linux, PS3, PS4, et PS Vita.

Bastion

Bastion

Ce deuxième titre est doté d’un graphisme purement sublime, d’une B.O. de toute beauté et d’un système narratif assez original (une voix off commente en directe la plupart des actions du joueur). RPG très accessible, Bastion vous emmène dans un univers onirique peuplé de créatures étranges pour une petite dizaine d’heures de jeu. Une petite merveille a déguster !

Disponible sur le Mac App Store pour $14.99.

Mark of the Ninja

Mark of the Ninja

Le troisième membre de notre trio est un jeu d’infiltration en vue de côté doté d’un graphisme magnifique, lui aussi. Alternant des phases de combat avec des phases de réflexion, ce jeu offre systématiquement plusieurs manières de passer les tableaux. D’un abord assez simple, il vous tiens en haleine durant les 9 heures (environs) nécessaires pour le boucler. Moins contemplatif que le second et moins hardcore que le premier.

Disponible sur Steam pour $14.99

Bonus: Joi

Pour jouer à ces trois titres, une manette est plutôt conseillée (sauf peut-être pour Bastion). Je ne saurais que trop vous conseiller d’installer Joi afin de mapper correctement votre gamepad pour chaque jeu.

Disponible sur le Mac App Store

Vendredi vidéo – 3615 USUL

Pour cette fin de semaine, j’ai envie de vous faire découvrir l’une de mes chaînes Youtube favorites: 3615 USUL.

Loin des stéréotypes du genre vidéoludique, la chronique hebdomadaire tenue par usulmaster et ses complices (le petit gros et parfois UNUL) adopte un ton docte et ampoulé pour parler des vrais problèmes du monde des jeux vidéo tels que les choixla virilité, le quotidien des développeurs de jeux vidéo, la poésie ou la guerre.

Les autres épisodes sont disponibles ici.

(Et merci Jérémie pour la découverte initiale).

Jeux sur mobiles: Little Games, Big Business

Voilà une série de chiffres assez impressionnants. Et qui n’augure rien de bon pour les hardcore gamers dont je fait partie… 😉

Source

iPad & Gamers: ça va gicler

Par David Borel

Lorsque vous êtes légèrement addict aux jeux vidéos, comme votre serviteur, et que vous être plus du côté COD4Bioshock / GTA que du côté FarmVille / Angry Birds / Sudoku (autrement dit vous êtes un « hardcore gamer » plutôt qu’un « casual« ), l’iPad et sa ludothèque peuvent sembler aussi appétissants qu’une montagne de Tofu aux algues pour un Tyrannosaure.

Cela était vrai jusqu’à il y a peu, mais les choses commencent à changer. Voici les 3 jeux que j’ai trouvé les plus appétissants jusqu’ici. Attention, éloignez les enfants et les âmes sensibles, ça va fragger du zombie, poutrer du monstre et charcuter du paladin.

(note: pardon à ceux d’entre vous qui ne pipent pas un mot au vocabulaire utilisé dans cet article, je vais essayer de mettre un maximum de lien « linguistiques »)

Rage HD
€ 1.59
lien iTunes
Classé 12+

Le concept de ce jeu est hyper basique mais diablement efficace.

Dans ce FPS intense, vous êtes la vedette d’une émission post-apocalyptique dans laquelle des mutants affamés vous poursuivent sans relâche. Récupérez des munitions et de l’argent tout en parcourant ces niveaux époustouflants. Faites affaire avec J.K. Stiles, le troublant animateur de l’émission et voyez si vous avez ce qu’il faut pour survivre à ce carnaval sanglant et mortel !

J.K. Stiles, le présentateur TV favoris des zombies.

Dans la pratique, cela se traduit par un FPS (First-person Shooter ou jeu de tir subjectif) assez gore, « sur des rails ». Autrement dit, le parcours et les angles de vue principaux sont déterminés par le jeu et tout ce que vous avez à faire c’est pointer, tirer et esquiver. La gestion de l’inventaire est minimaliste (choix entre pistolet, fusil à pompe ou AK-47) et les items sont peu variés (santé, munition, et argent). Pour corser un peu l’exercice, des cibles placées un peu partout vous permettent d’augmenter votre score. Vous devez donc: rester en vie, tuer des zombies, économiser vos munitions et gagner de l’argent.

Brique en approche à 12h…

Question jouabilité, le jeu offre le choix entre deux modes de contrôle: Pavé Tactile (viser en dirigeant le personnage avec le doigt) ou Inclinaison (utiliser la détection de l’inclinaison pour diriger le personnage). Si le second mode fonctionne vraiment bien sur iPhone, le pavé tactile est plus pratique sur l’iPad. A noter qu’un mode gaucher est aussi proposé.

Houston, we have a problem here

Pour la bonne bouche, sachez que ce jeu sort de l’esprit fertile (et vaguement terrifiant) de John Carmack, le co-fondateur d’id Software à qui l’on doit des titres comme Wolfenstein 3D, Doom ou Quake.

Dans le genre, c’est franchement bourrin et pas subtile pour un sou mais les graphismes sont superbes, le niveau de stress monte très (très) vite et l’ensemble est très (très) addictif. Oubliez le camping et le snipe discret, vous allez devoir vous salir les mains.

* * *

Dungeon Hunter 2 HD
€ 4.99
lien iTunes
Classé 12+

Par rapport à Rage, Dungeon Hunter 2 est beaucoup plus soft et un ton en-dessous en terme de graphisme. Gameloft livre un RPG (role-playing game ou jeu de rôle) assez classique se déroulant dans un univers « ouvert » de taille tout de même assez réduite. Au début du jeu, 3 classes de personnages sont proposées, les classiques « voleur », « magicien » et « archer ».

La direction du personnage se fait soit au moyen d’un joystick virtuel (injouable, à mon avis), soit en tapottant l’endroit où vous souhaitez vous rendre. Les commandes de combat sont faciles d’utilisation et la gestion de l’inventaire est très classique.

L’exploration du monde de Gothicus se fait au travers de quêtes improbables auxquels on ne comprend pas grand chose, tant les panneaux narratifs disparaissent vite de l’écran, mais on s’en bat un peu l’ananas du moment que les phases de combat sont prenantes (et on peut toujours aller lire les objectifs dans le panneau des quêtes).

Je n’ai jamais été un grand fan de RPG « Heroic Fantasy« , un genre trop statique et souvent associé à des scenario alambiqués utilisant des noms imprononçables (genre « Dans la compté du Mortecuisse, le jeune paladin Skarpolus de Nabonard poursuit la quête du sceau de verre afin d’arrêter les hordes sanglantes de Bracion le Noir qui s’apprêtent à renverser la reine de la cité-arbre de Scarmonne »… enfin, vous voyez le genre). Je dois cependant avouer que ce Dungeon 2 est très divertissant, malgré une linéarité démentant quelque peut l’annonce d’un univert ouvert. Les graphismes sont agréables, bien qu’un ton en dessous des deux autres jeux présentés dans cet article, et la jouabilité tout à fait correcte.

A signaler que le jeu comprend un mode coopératif que je n’ai pas eu l’occasion de tester. Un bon passe temps pour un gamer en vacances à la montagne, loin de tout hotspot wifi (oui, je suis un survivor).

* * *

Infinity Blade
€ 4.99
lien iTunes
Classé 9+

Comme je suis un petit gourmand, j’ai gardé le meilleur pour la fin. Infinity Blade est LE jeu sur iOS à l’heure actuelle (cette assomption se base sur un sondage scientifique réalisé auprès d’une population représentative constituée de moi-même). Ce jeu est doté de graphismes sublimes à vous faire tomber sur votre fondement d’ébahissement, et pour cause puisqu’il est le premier de la plateforme iOS à tirer bénéfice du superbe moteur graphique Unreal 3, fraîchement porté sur cette plateforme.

Cinématique d’introduction

Les décors sont grandioses, les jeux de lumières vraiment très beaux et l’animation des personnages très réussie. Pour vous en convaincre, installez donc Epic Citadel (gratuit, lien iTunes) sur votre iPhone / iPad et promenez-vous dans cet environnement de démonstration du moteur Unreal. Infinity Blade est du même tonneau.

Le sujet ? Je laisse la parole aux concepteurs du jeu:

Depuis des temps immémoriaux, le Dieu-Roi gouverne d’une poigne de fer… Sa puissance ne connait aucune limite et ses partisans sont légion. Vous devez à présent embarquer pour un périple qui vous emmènera au plus profond de la Citadelle des Ombres et affronter, un à un, les redoutables Titans du Dieu-Roi, avant de croiser le fer avec l’impitoyable tyran. Comme il en fut ainsi pour chaque membre de votre lignée, c’est à vous qu’incombe la lourde tâche de libérer votre peuple du règne ancestral des ténèbres. Terrasser une entité immortelle n’est pas impossible… mais uniquement si le cœur, l’esprit et l’acier ne font qu’un !

Oui, bon, d’accord, on atteint pas le 1000e de la profondeur d’un Bioshock ou l’ambiance d’un Heavy rain. Mais l’histoire n’est qu’un prétexte pour un enchaînement de combats dantesques.

Go ahead, make my day !

Le jeu en lui-même est très (très) linéaire. Vous arrivez dans une citadelle, vous tranchez dans le vif d’une petite dizaine d’adversaires plus ou moins coriaces (et plus ou moins grands) sans intelligence artificielle, vous ramassez des trésors et des pièces d’équipement, vous vous faites butez par le Dieu-Roi et vous recommencez avec le fils de votre héros (qui hérite de l’équipement de papa ainsi que de ses points d’expériences et compétences). Dis comme ça, c’est pas folichons, je le concède. Mais c’est tellement réussi visuellement.

La linéarité est vaguement bousculée par la recherche de trésors (des coffres et des sacs d’or) disposés un peu partout (attention, même dans les cinématiques), jusqu’à ce que vous compreniez que ces éléments sont placés aléatoirement à des endroits précis. Battre des adversaires vous rapportant des points d’expérience qui vous permettent de maitriser votre équipement, on se prend cependant vite à accumuler les combats pour arriver au bout de l’inventaires des items proposés par le jeu.

Attention, certaines cinématiques valent de l’or (regardez bien)

Côté gameplay, ce titre tire pleinement partie de l’interface tactile puisque les combats sont menés à grands coups de doigts « à la Fruit Ninja« . Un mode de commande qui passe aussi bien sur iPad que sur iPhone (mais éviter d’y jouer dans un lieu public sous peine de passer pour un taré congénital profond).

La durée de vie du jeu est relativement limitée (après le niveau 45, la progression est stoppée faute de pièces d’équipement) mais est allongée par l’ajout de nouveaux items lors des mises à jour offerte par l’éditeur.

Bref, ce jeu est une vrai tuerie (au sens propre comme au figuré) et vaut surtout pour sa qualité visuelle et la promesse qu’il porte en lui d’un avenir radieux pour le jeu sur la plateforme iOS. Certes, on est encore loin de ce qui se fait sur console ou ordinateur, mais les bases sont là et il ne reste plus qu’à lâcher les développeurs dans la nature.

%d blogueurs aiment cette page :