« These are post-PC devices »

Par David Borel

La Keynote de Steve Jobs est juste terminée et je vous jette en vrac l’essentiel. Apple a donc sorti un nouvel iPad encore plus mince (1/3 de moins que la première version), avec deux caméras (une devant et une derrière), un nouveau processeur (A5) 2x plus puissant et une brouette d’applications (iMove, FaceTime, PhotoBooth, Garage Band).

Vous pouvez lire la retranscription de la keynote ici et admirer la bête là.

Si je me donne la peine d’écrire ce petit mot à chaud, ce n’est pas pour vous parler des annonces (d’autres le feront bien mieux que moi dans les minutes qui viennent), mais pour faire une constatation.

Steve Jobs a clot la présentation sur ces mots:

« This is worth repeating. It’s in Apple’s DNA that technology is not enough. It’s tech married with the liberal arts and the humanities. Nowhere is that more true than in the post-PC products. Our competitors are looking at this like it’s the next PC market. That is not the right approach to this. These are post-PC devices that need to be easier to use than a PC, more intuitive. »

Ce qui donne à peu près:

« Il faut le répéter. Il est inscrit dans l’ADN d’Apple que la technologie n’est pas suffisante. C’est la technologie mariée aux arts libéraux et aux humanités. Ce n’est aussi vrai nulle part ailleurs que dans les produits de l’ère post-PC. Nos concurrents regarde cela [NdA: les produits comme l’iPad] comme si c’était le prochain marché du PC. Ce n’est pas la bonne approche. Ce sont des produits post-PC qui ont besoin d’être plus faciles à utiliser que des PC, plus intuitifs ».

Une fois encore, Jobs exprime sa vision du futur de l’informatique avec beaucoup de clarté et de tranchant. Cependant, si j’adhère totalement à sa vision du marché, je regrette qu’à aucun moment de cette Keynote la moindre fonction de productivité n’ai été démontrée. Comme si la vision d’avenir de Steve Jobs était entièrement tournée vers le loisir.

Dommage, l’iPad ayant vraiment sa place dans le monde du travail, il aurait mérité d’être montré sous son aspect productif.

Trollons un peu

Par David Borel

Hier était un jour de Sainte Keynote comme vous le savez certainement. Je ne doute pas une seule seconde que la plupart d’entre vous était, tout comme moi, scotché à la retransmission en live streaming proposée par Apple (de loin la performance technique qui m’a le plus impressionné dans toute la keynote, et pourtant pas un mot à ce propos de la part de Steve Jobs). D’ailleurs, j’ai les noms de ceux qui ont séché la Keynote et ils seront transmis dès ce soir à Steve Jobs, qui les rétrogradera de 1’200 places dans la liste d’attente pour la livraison de leur nouvel iPhone 4. Bien fait !

Or donc, Keynote il y eu. Et il est habituellement de bon ton, pour un site consacré à Apple, de faire le résumé des annonces.

Mais bon. Faut dire que pleins de sites font ça très bien (et très vite. Lisez ça, ça et encore ça si il vous reste du temps) et qu’en fait vous n’attendez pas sur MacBrains pour vous tenir informés, hein.

Alors cette fois, nous innoverons. Au lieu de revoir plattement les annonces avec moultes adjectifs exprimant la subjugation la plus absolue… oui, c’est français « subjugation ». Si tu me crois pas, demandes à dieu. Oui, j’appelle Wikipedia « dieu » car il est omniscient. Mais j’ai une excuse, j’ai mis une minuscule. Alors c’est pas la peine de m’attendre à la sortie pour me caillasser la face, hein. Mais je m’éloigne…

Je disais donc: Au lieu de revoir plattement les annonces avec moultes adjectifs exprimant la subjugation la plus absolue, j’ai invité un authentique troll, histoire de pimenter l’exercice de remarques pittoresques. Ce troll, nous l’appellerons Steve Mallber (une anagramme subtile destinée à garantir son anonymat). Fabricant de fenêtre de son état, il est aussi un fin observateur de l’industrie high-tech doté d’un incroyable talent de danseur de claquettes et accessoirement le CEO d’une entreprise concurrente à Apple.

Steve Mallber, fabricant de fenêtres et danseur de claquettes. Pour vos fêtes, animations d'entreprises et Bar Mitsva.

MacBrains: Steve, Bonjour
Steve Mallber:
Wazaaaaaaap ! I love MacBraiiiins, I love being here with fantastic peoples, I love… (il saute tel un cabris, de ci de là, en tirant la langue).

MB: hem, bonjour, donc. Vous avez regardé la keynote de Steve Jobs avec attention et nous allons revoir un peu les principales annonces si vous le voulez bien.
SM: Haha, c’était pittoyable, comme d’habitude. Bourré d’auto-satisfaction plein d’effet de manche. Mais bon, si vous insistez.

MB: Commençons par les iPod, dons la gamme complète a été mise à jour.
SM: Mise à jour, comme vous y allez. Atomisée, ouais ! Pas de mise à jour pour l’iPod classic, fini la caméra sur le nano et une télécommande à la place du shuffle. Et en plus, ils ont enlevés la molette sur le nano, tout juste un an avant que notre propre produit révolutionnaire doté d’une molette cliquable arrive sur le marché. Et je ne vous parle même pas de l’iPod Touch que Steve Jobs a présenté comme un « iPhone sans téléphone ». Un iPhone à 239 € et qui téléphone même pas ? C’est le truc le plus débile que j’ai jamais vu, aucun avenir !

L’iPod Touch gagne une caméra HD et la fonctionnalité FaceTime

MB: Oui mais il y a maintenant un appareil photo HD et la possibilité d’utiliser FaceTime.
SM: Vous m’avez vu ? J’ai une tête à faire de la visio-conférence ? Non, mais juste pour revenir à l’iPod nano. Un écran tactile multi-point sur un écran de 1,54 pouce ? C’est un iPod Touch pour Minimoys ou quoi ?

Le nouveau iPod Nano

MB: Oui, il est vrai que c’est assez petit. Passons maintenant à l’Apple TV qui semble avoir enfin l’attention qu’elle mérite de la part d’Apple avec une révision majeure.
SM: Quoi ? Vous voulez parler du hobby de Steve Jobs ? C’est pas un vrai hobby, ça. La pêche à la mouche ou dézinguer des espingos illégals à la winchester sur la frontières mexicaine, ça c’est des hobbies. Mais fabriquer des vilaines petites boîtes blanches et les repeindre en noir pour faire croire à une révolution… pardon mais moi je reste fidèle à mon lecteur VHS. Et si vous voulez parler de révolution dans le salon, nous, nous préparons l’avenir. Nous sommes sur le point de commercialiser un lecteur Betamax qui dépote sa race. Vous verrez. Franchement, c’est pas comme si les gens allaient se mettre à regarder des films sur Internet. Ceci dit, la compétition est toujours bonne. Que le meilleur gagne ! (rire sardonique de 5 minutes)
Apple TV vs Betamax, « que le meilleur gagne ! »

MB: Pour terminer, quelques mots sur iTunes 10 et l’apparition du réseau social pour mélomanes Ping ?
SM: Pong !
MB: Je vous demande pardon ?
SM: Non, vous dites « Ping » je répond « Pong ». C’est un « private joke » avec mon chef de produit « Entertainment » qui travail sur un concept de jeu révolutionnaire pour notre console de jeu… mais chut, j’en ai déjà trop dit.
MB: iTunes, Ping ?
SM: Un autre hobby de M. Jobs ? Aucun avenir ! Les réseaux sociaux, c’est has been. Vous n’avez qu’à regarder les statistique de Myspace. C’est fini, nada, poutzé, game over.
« Faites pas les cons, retournez sur MySpace  » –  S. Mallber

MB: Monsieur Mallber, merci.
SM: Merci à vous, je me suis rarement autant bidonné.
%d blogueurs aiment cette page :