Geek Power !

Cette fois c’est certain, les Geeks ont infiltré le gouvernement américain, et à un niveau élevé.

Preuve de cette réalité, l’histoire pas banale (et totalement impensable dans nos vieilles démocraties tellement sérieuses) de ces geeks ayant déposé une pétition officielle auprès de la Maison Blanche pour que l’administration Obama entreprenne la construction de l’Etoile Noire (Aussi appelée Etoile de la Mort).

A Death Star... please

Cette pétition (que vous pouvez lire ici), dotée de 34’435 signatures, demande la planification budgétaire nécessaire à la construction de l’Etoile Noire (Death Star en anglais) et le début des travaux d’ici à 2016. Ci-après, ma traduction au pied levé:

« En focalisant les ressources de la défense [ndt: américaine] sur une plateforme de supériorité spatiale et un système d’arme tel que l’Etoile Noire, le gouvernement pourrait créer des emplois dans les domaines de la construction, de l’ingénierie, de l’exploration spatial, et plus, tout en renforçant la défense nationale. »

« Bon, c’est bien beau tout ça mais en quoi est-ce que ça prouve le noyautage de l’administration américaine par les Geeks, hein ? » me lancerez-vous à la lecture de ce qui précède, plein de la cartésianité (oui, ici j’ai aussi le droit d’inventer des mots) des gens à la tête bien faite qui caractérise la population de mes lecteurs chéris.

Et bien la preuve, c’est que la Maison Blanche s’est fendue d’une réponse aussi officielle que circonstanciée.

This Isn't the Petition Response You're Looking For

Hup hup hup, traduction (la version originale, dans la langue d’Harry Potter, se trouve ici):

Ce n’est pas la réponse à la pétition que vous recherchez

Par Paul Shawcross

L’Administration partage votre désire de création d’emplois et d’une défense nationale solide, mais une Etoile Noire n’est pas à l’ordre du jour. En voici quelques raisons:

  • Le budget de construction de l’Etoile Noire a été estimé à plus de  $850,000,000,000,000,000. Nous travaillons dur à réduire le déficit, pas à l’augmenter.
  • L’Administration ne cautionne pas la destruction de planètes.
  • Pourquoi voudrions-nous dépenser quantité de dollars du contribuable pour une Etoile Noire comportant un vice de fabrication pouvant être exploité par un vaisseau mono-place ?

Ceci dit, regardez attentivement (voici comment) et vous remarquerez que quelque chose flotte déjà dans l’espace — et ce n’est pas la lune, c’est une Station Spatiale ! Oui, nous avons déjà une Station Spatiale Internationale géante, de la taille d’un terrain de football, en orbite autour de la Terre, nous aidant à découvrir comment les humains peuvent vivre dans l’espace pour une longue période. La Station Spatiale a six astronautes — américains, russes et canadiens — vivant à bord en ce moment, conduisant des recherches, apprenant comment vivre et travailler dans l’espace pour de longues périodes, accueillant régulièrement les vaisseaux de passage et réparant des compacteurs d’ordures, etc… Nous avons également deux robots laboratoire — un avec un laser — se promenant sur Mars, cherchant si la vie a jamais existé sur la planète rouge.

Gardez à l’esprit que l’espace n’est plus une chasse gardée du gouvernement. Des compagnies privées américaines, au travers du programme  Commercial Crew and Cargo Program Office (C3PO) de la NASA, transportent du fret — et bientôt des gens — dans l’espace pour le compte de la NASA, et planifient des missions humaines vers la lune pour cette décennie.

Même si les USA n’ont rien qui peut effectuer le Kessel Run en moins de 12 parsecs, nous avons deux engins spatiaux qui quittent le système solaire et nous construisons une sonde qui volera vers les couches extérieures du soleil. Nous découvrons des centaines de nouvelles planètes dans d’autres systèmes solaires et construisons un successeur plus puissant au télescope spatial Hubble, qui permettra d’observer les premiers jours de l’Univers.

Nous n’avons pas d’Etoile Noire, mais nous avons des robots d’entrainement flottant dans la Station Spatiale, un Président qui s’y connaît en sabre laser et canons évolués (à Marshmallow), et le DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) qui finance des recherches sur le bras de Luke, les droïdes volants et les quadripodes.

Nous vivons dans le future ! Profitez en. Ou mieux encore, aidez à le construire en poursuivant une carrière dans le domaine des sciences, de la technologie ou des maths. Le président a organisé les premières réunions de science de la Maison Blanche ainsi qu’une nuit de l’astronomie sur la pelouse sud car il croit que ces domaines sont capitaux pour le futur de notre pays, ainsi que pour s’assurer que les USA continuent de mener le monde dans la réalisation de grandes choses.

Si vous poursuivez une carrière en science, technologie, ingénierie ou mathématique, la Force sera avec nous ! Rappelez-vous, la capacité de l’Etoile Noire à détruire une planète, ou même un système solaire, est insignifiant face au pouvoir de la Force.

Paul Shawcross (Chief of the Science and Space Branch at the White House Office of Management and Budget)

Elle est pas top-coolissime, cette réponse, hein ?

Ceci dit, la frilosité de l’administration américaine face à la construction de l’Etoile Noire ne semble pas avoir découragé les Geeks. Des anglais se sont en effet tournés vers le crowdfunding en proposant un projet Kickstarter (un peu plus low cost)… immédiatement contré par un projet chinois de création d’un escadron de X-Wings.

(China) Empire strikes back

Les geeks sont partout !

Publicités

Un iPhone dans votre poche, une Pebble à votre poignet

Hier, je suis tombé sur un projet KickStarter tellement cool que j’ai participé à son financement en moins de 5 minutes !

La montre Pebble, puisque c’est d’elle qu’il s’agit, est une « smartwatch » permettant de piloter son iPhone (ou son smartphone Android) par Bluetooth.

Rien de neuf, direz-vous ? Oui, il existe déjà un certain nombre de produits du même type (je ne me souviens plus des sites ou des noms et je n’ai pas le temps de faire une recherche, vous allez donc devoir me croire sur parole), mais la Pebble m’a séduite car:

  • Elle utilise un affichage e-paper et est donc lisible en plein soleil.
  • Elle embarque un accéléromètre.
  • Elle dispose de son propre SDK qui devrait lui garantir l’ajout de nouvelles applications.
  • Elle peut faire fonctionner plusieurs Apps en parallèle.

Si cela ne vous suffit pas, regardez donc cette vidéo (Oui, bon, passons sur la « dream team »…).

Sachant que la montre devrait être commercialisée en septembre 2012 pour $ 150.- et que de supporter le projet à hauteur de $ 115.- vous permet de recevoir un exemplaire, même avec des frais de port de $15, vous êtes gagnants (surtout que le projet est déjà largement financé). Et vous supportez un projet innovant. Si vous êtes intéressés, c’est par ici: http://kck.st/HumIV5

Je vous en dirai plus une fois la bêtes entre mes mains, mais j’ai hâte !

%d blogueurs aiment cette page :