Vendredi vidéo – Star Wars, Matrix et Retour vers le futur en 3 minutes

Trois films résumés chacun en un speedrun de tout juste 1 minute, c’est le tour de force réalisé par les russes de 1A4STUDIO. Voilà qui laisse songeur sur la complexité de l’intrigue de ces trois films 😉

Geek Power !

Cette fois c’est certain, les Geeks ont infiltré le gouvernement américain, et à un niveau élevé.

Preuve de cette réalité, l’histoire pas banale (et totalement impensable dans nos vieilles démocraties tellement sérieuses) de ces geeks ayant déposé une pétition officielle auprès de la Maison Blanche pour que l’administration Obama entreprenne la construction de l’Etoile Noire (Aussi appelée Etoile de la Mort).

A Death Star... please

Cette pétition (que vous pouvez lire ici), dotée de 34’435 signatures, demande la planification budgétaire nécessaire à la construction de l’Etoile Noire (Death Star en anglais) et le début des travaux d’ici à 2016. Ci-après, ma traduction au pied levé:

« En focalisant les ressources de la défense [ndt: américaine] sur une plateforme de supériorité spatiale et un système d’arme tel que l’Etoile Noire, le gouvernement pourrait créer des emplois dans les domaines de la construction, de l’ingénierie, de l’exploration spatial, et plus, tout en renforçant la défense nationale. »

« Bon, c’est bien beau tout ça mais en quoi est-ce que ça prouve le noyautage de l’administration américaine par les Geeks, hein ? » me lancerez-vous à la lecture de ce qui précède, plein de la cartésianité (oui, ici j’ai aussi le droit d’inventer des mots) des gens à la tête bien faite qui caractérise la population de mes lecteurs chéris.

Et bien la preuve, c’est que la Maison Blanche s’est fendue d’une réponse aussi officielle que circonstanciée.

This Isn't the Petition Response You're Looking For

Hup hup hup, traduction (la version originale, dans la langue d’Harry Potter, se trouve ici):

Ce n’est pas la réponse à la pétition que vous recherchez

Par Paul Shawcross

L’Administration partage votre désire de création d’emplois et d’une défense nationale solide, mais une Etoile Noire n’est pas à l’ordre du jour. En voici quelques raisons:

  • Le budget de construction de l’Etoile Noire a été estimé à plus de  $850,000,000,000,000,000. Nous travaillons dur à réduire le déficit, pas à l’augmenter.
  • L’Administration ne cautionne pas la destruction de planètes.
  • Pourquoi voudrions-nous dépenser quantité de dollars du contribuable pour une Etoile Noire comportant un vice de fabrication pouvant être exploité par un vaisseau mono-place ?

Ceci dit, regardez attentivement (voici comment) et vous remarquerez que quelque chose flotte déjà dans l’espace — et ce n’est pas la lune, c’est une Station Spatiale ! Oui, nous avons déjà une Station Spatiale Internationale géante, de la taille d’un terrain de football, en orbite autour de la Terre, nous aidant à découvrir comment les humains peuvent vivre dans l’espace pour une longue période. La Station Spatiale a six astronautes — américains, russes et canadiens — vivant à bord en ce moment, conduisant des recherches, apprenant comment vivre et travailler dans l’espace pour de longues périodes, accueillant régulièrement les vaisseaux de passage et réparant des compacteurs d’ordures, etc… Nous avons également deux robots laboratoire — un avec un laser — se promenant sur Mars, cherchant si la vie a jamais existé sur la planète rouge.

Gardez à l’esprit que l’espace n’est plus une chasse gardée du gouvernement. Des compagnies privées américaines, au travers du programme  Commercial Crew and Cargo Program Office (C3PO) de la NASA, transportent du fret — et bientôt des gens — dans l’espace pour le compte de la NASA, et planifient des missions humaines vers la lune pour cette décennie.

Même si les USA n’ont rien qui peut effectuer le Kessel Run en moins de 12 parsecs, nous avons deux engins spatiaux qui quittent le système solaire et nous construisons une sonde qui volera vers les couches extérieures du soleil. Nous découvrons des centaines de nouvelles planètes dans d’autres systèmes solaires et construisons un successeur plus puissant au télescope spatial Hubble, qui permettra d’observer les premiers jours de l’Univers.

Nous n’avons pas d’Etoile Noire, mais nous avons des robots d’entrainement flottant dans la Station Spatiale, un Président qui s’y connaît en sabre laser et canons évolués (à Marshmallow), et le DARPA (Defense Advanced Research Projects Agency) qui finance des recherches sur le bras de Luke, les droïdes volants et les quadripodes.

Nous vivons dans le future ! Profitez en. Ou mieux encore, aidez à le construire en poursuivant une carrière dans le domaine des sciences, de la technologie ou des maths. Le président a organisé les premières réunions de science de la Maison Blanche ainsi qu’une nuit de l’astronomie sur la pelouse sud car il croit que ces domaines sont capitaux pour le futur de notre pays, ainsi que pour s’assurer que les USA continuent de mener le monde dans la réalisation de grandes choses.

Si vous poursuivez une carrière en science, technologie, ingénierie ou mathématique, la Force sera avec nous ! Rappelez-vous, la capacité de l’Etoile Noire à détruire une planète, ou même un système solaire, est insignifiant face au pouvoir de la Force.

Paul Shawcross (Chief of the Science and Space Branch at the White House Office of Management and Budget)

Elle est pas top-coolissime, cette réponse, hein ?

Ceci dit, la frilosité de l’administration américaine face à la construction de l’Etoile Noire ne semble pas avoir découragé les Geeks. Des anglais se sont en effet tournés vers le crowdfunding en proposant un projet Kickstarter (un peu plus low cost)… immédiatement contré par un projet chinois de création d’un escadron de X-Wings.

(China) Empire strikes back

Les geeks sont partout !

Vendredi vidéo – Rencontre avec Rafik Djoumi – Star Wars

Si vous êtes fan de Star Wars (ou même si sans l’être totalement, le sujet vous intéresse), je ne peux que vous conseiller de vous tirer un café, de débrancher votre téléphone et de passer les prochaines 70 minutes à regarder cette interview de Rafik Djoumi sur les dessous de l’empire Lucas.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, Rafik Djoumi a été rédacteur pour tout un tas de mensuels, revues et quotidiens dont Mad Movies ou Libération et a écrit le livre George Lucas, l’homme derrière le mythe.

Totalement passionnant par sa connaissance du sujet et les anecdotes qu’il livre au cours de l’interview, Djoumi nous fait découvrir l’envers du décor de l’univers de Georges Lucas et en décrypte les rouages et les motivations.

La vidéo est visible ci-dessous, en 4 segments. Et merci à Jérémie pour l’info d’origine.

Infographie – Mickey avale Yoda

Au lendemain du rachat par Disney de Lucasfilm (et, dans le même mouvement, de tout ce que George Lucas avait dans sa musette, à savoir Lucasarts, ILM, Skywalker Sound), le site Empire publie cette chouette infographie qui nous montre qui dévore qui à Hollywood. Les gros studios cherchant tous à s’accaparer les franchises les plus rentables, découvrez dans la poche de qui va la substantielle part du prix de votre billet de cinéma lorsque vous allez voir le nouvel épisode de votre personnage préféré.

Via Empire

Star Wars: behind the scene

Par David Borel

Star Wars, on aime (la trilogie originale) ou on aime pas (la pitoyable parodie de seconde trilogie pondue par Georges Lucas pour payer ses impôts). N’empêche que cette saga a marqué le cinéma d’une empreinte indélébile. Pour célébrer ce monument, voici quelques photos que l’on a pas l’habitude de voir mais qui méritent le détour.


Hyper-mega-bonus de la mort: Le début du manuscrit de Lucas pour l’Empire Contre-Attaque

* * *

Sources: www.lifelounge.comwww.unrealitymag.comwww.vanityfair.comDamn Cool Picswww.detroitluv.comwww.thebeardedtrio.com, www.totalfilm.com, acidcow.comworldfamousdesignjunkies.com, Unknown: Hole in the sky


Star Wars Begins

Par David Borel

Dans la grande famille des fans de Star Wars, il en est des plus acharnés que d’autres. Parfois, des fondus de la première trilogie (mais des fondus de la seconde existent-ils en dehors d’hôpitaux psychiatriques de haute sécurité ?) mettent leurs efforts en commun et pondent du matériel de très haute qualité.

Ainsi, un groupe de fans a entamé en 2007 la réunion d’images d’archives, de rushes et d’interviews pour déboucher en 2010 sur le montage d’un documentaire « apocryphe » de plus de 2h sur le tournage du 1er épisode (qui en fait est le n°4). Disponible uniquement sur Youtube, en voici l’intégralité, pour notre plus grand plaisir.

Star Wars Begins – Part 1

Star Wars Begins – Part 2

Star Wars Begins – Part 3

Star Wars Begins – Part 4

Star Wars Begins – Part 5

Star Wars Begins – Part 6

Star Wars Begins – Part 7

Star Wars Begins – Part 8

Star Wars Begins – Part 9

Star Wars Begins – Part 10

Star Wars Begins – Part 11

Star Wars Begins – Part 12

Star Wars Begins – Part 13

Star Wars Begins – Part 14 (the end)

Source: le monstrueusement cool Forgottent Silver

Star Wars – Art apocryphe

Par David Borel

Si on reconnait les grands mythes par leur propension a être récupérés et détournés, alors Star Wars fait indubitablement partie de cette catégories. Pour preuve, les images ci-après pêchées sur le Web.

Matthew Ranzetta (via Laorosa)

Tom Whalen (via Comics Alliance)

 

Steve Thomas

Yvan Quinet (Suisse)

Olly Moss (via Olybop.info)

Franco Brambilla

La boite verte (via ibhou)

%d blogueurs aiment cette page :