L’horlogerie suisse et les Smartwatches

Le moins que l’on puisse dire c’est que le secteur horloger suisse reste plutôt de marbre face au phénomène des Smartwatches. Attitude de façade alors que les ingénieurs s’activent dans le plus grand secret ou réels doutes quant au marché potentiel ? Seul l’avenir nous le dira.

La vidéo ci-dessous donne un aperçu des positions actuelles et est à compléter par la lecture de cet article de Bilan donnant de la visibilité au courant "pro", personnifié par Jean-Claude Biver, patron du pôle Montres de LVMH.

Et si Game of Thrones…

Et si Game of Thrones était une série des années 80 ?

Ah, les plages de synthé dégoulinantes… so 80’s !

This, is how you start a revolution !

La nouvelle est tombée hier, par le biais d’une note du CEO sur le Blog de la compagnie: Tesla Motors fait don de ses brevets à l’humanité.

Dans son message titré "All Our Patent Are Belong To You", Elon Musk explique que Tesla Motors a été créé pour promouvoir les transports durables (dans le sens écologique du terme) mais que cela n’est pas réaliste si la compagnie laisse des mines de propriété intellectuelle derrière elle.

Tesla_Motors

Il poursuit en expliquant que malgré sa réticence face aux brevets, issue de son expérience avec Zip2 (sa première compagnie), Tesla a construit un portefeuille de brevets afin d’empêcher les grandes compagnies de copier leurs technologies pour les étouffer. Contre toute attente, il constate maintenant que les programmes d’automobiles "vertes" sont quasi inexistants chez ces grands fabricants et que les ventes de ce type de véhicules ne dépasse que rarement 1% du total.

Devant le peu d’intérêt des concurrents et par le fait que Tesla ne peut construire suffisamment de véhicules pour satisfaire la demande, la société a décidé d’adopter une approche "Open source" et de ne pas attaquer ceux qui utiliseront "de bonne foi" (!) leurs technologies brevetées.

Il faut donc relever que les dits brevets restent propriété de Tesla et qu’il s’agit plutôt d’une promesse unilatérale de non agression. Par la même occasion, signalons que Tesla Motors détient 209 familles de brevets déposés durant les 10 dernières années.

Tesla

 

Petite question: la révolution sera-t-elle du goût des partenaires avec lesquels Tesla a déposé certains de ses brevets (n’est-ce pas Toyota) ? A n’en pas douter, des compensations ont dû être négociées…

codepot

Quoi qu’il en soit, c’est un beau plan marketing geste qu’effectue Tesla et la conclusion de Musk devrait en faire méditer plus d’un :

"Technology leadership is not defined by patents, which history has repeatedly shown to be small protection indeed against a determined competitor, but rather by the ability of a company to attract and motivate the world’s most talented engineers. We believe that applying the open source philosophy to our patents will strengthen rather than diminish Tesla’s position in this regard." – E. Musk

(via sciencealert)

 ¥    $

update du 11.07.2014:

Si le sujet vous intéresse, lisez donc cet article très pertinent de IPWatchdog:

Tesla on Patents: Open Source Altruism or Shrewd Business?

X-Men ou le blockbuser intelligent

On pouvait légitiment se contenter d’un haussement de sourcil dubitatif à l’annonce d’un nouveau X-MEN. Le monde est désormais rempli d’adaptations de comics structurellement mal foutus, vainement "cool" (et je mets les guillemets) et vides d’intrigues et d’enjeux qui suintent le merchandising et le mépris du spectateur par tous les pores. Ne surnagent de ce potage rance qu’une poignée de bons films, réalisés par des auteurs confirmés (voir notre top & flop).

Bryan Singer ne fait plus partie de cette caste depuis le naufrage de sa carrière suite à son SUPERMAN RETURNS tout mou et le bide cosmique JACK LE CHASSEUR DE GÉANTS. Son désintérêt flagrant pour la franchise dont il avait réalisé les deux premiers et meilleurs opus laissa le champ libre au  tâcheron Brett Ratner qui souilla la trilogie comme un chien mouille un tapis avec un X-MEN: LE DERNIER AFFRONTEMENT bancal (c’est un peu l’équivalent du RETOUR DU JEDI pour les X-Men. Tous les personnages cools meurent ou perdent leurs pouvoir). Par la suite la saga a foiré en beauté deux des histoires les plus emblématiques du comics, à savoir l’arc du Dark Phoenix et celui de l’arme X. Toutefois, récemment, Matthew Vaughn avait sauvé les meubles avec une préquelle élégante et fun X-MEN: LE COMMENCEMENT (ici), suivi par un spin off sympathique (WOLVERINE: LE COMBAT DE L’IMMORTEL) réalisé lui par James Mangold. Une petite lueur d’espoir luisait donc au loin à l’annonce d’un nouveau film, cette fois soutenu par la Fox (un budget aux alentours des 250 millions de dollars), assemblant le casting des deux époques (les jeunes James McAvoy et Michael Fassbender face aux patriarches Patrick Stewart et Ian McKellen) pour traiter une des sagas les plus culte et les plus appréciée sous la houlette du père fondateur enfin revenu du Tartare.

XMEN DOTFP affiche
La saga X-MEN est chère à mon cœur, parce qu’elle est la seule à étreindre sérieusement son sujet. Elle a été la première à prendre la voie de la maturité, reléguant les costumes fluos au profit d’intrigues plus adultes et noires et présentant des personnages humains, complexes et pétris de doute. Rappelons que la scène d’ouverture du premier X-MEN se passe dans un camp de concentration en Pologne en 44. Dès le début on sentait que Singer voulait aller plus loin que le classique film de divertissement enfantin avec des explosions partout.

Seulement, si Singer a eu dès le début des velléités de grandeur, il n’a pas pu en magnifier tous les aspects. Il est évident que si l’on revoit le premier X-MEN on sera autant touché par la profondeur de certains de ses héros mélancoliques que frappé par la mollesse de scènes d’actions par vraiment folichonnes et d’ absences évidentes (le fauve en particulier). Il semblerait que la Fox (encore elle) n’ait jamais cru au projet et que son directeur Thomas Rothman ait continuellement mis des bâtons dans les roues de Singer, orchestrant des coupes budgétaires impromptues et avançant la date de sortie du film de novembre à mai 2000. Pareilles méthodes furent appliquées sur X2, ce qui conduit Singer à faire un bras d’honneur et à quitter la production de X-MEN 3: L’AFFRONTEMENT FINAL pour aller voir si l’herbe n’était pas plus verte chez Warner. J’ajoute que l’absence des Sentinelles (seulement teasées lors de la première scène de X-MEN 3) provient du dégoût de Rothman pour les robots géants qu’il juge ridicules. Aujourd’hui il semblerait que la Fox aie fait amende honorable et, voulant certainement surfer sur la vague AVENGERS, fila une enveloppe bourrée de pesos et une belle carte blanche à Singer et ses scénaristes pour le nouvel opus des X-Men.

Mettons les choses à plat dès maintenant. X-MEN : DAYS OF THE FUTURE PAST est le meilleur film de la saga et peut-être bien le meilleur film de super héros/mutants/types à pouvoirs du monde. C’est la somme de tout ce qui est bon dans tous les films X-MEN. Ambitieux et humble à la fois, c’est un véritable coup de maître dont je n’aurais pas cru Singer capable.

Dans le futur, les mutants sont massacrés par des robots surpuissants nommés Sentinelles. Charles Xavier (Patrick Stewart) et Magnéto (Ian McKellen) envoient dans le passé Wolverine (Hugh Jackman) grâce aux pouvoirs de Kitty Pride (Ellen Page) afin qu’il prévienne les X-Men du futur horrible qui se prépare. Largué en 1973, Wolverine doit rallier Charles (James McAvoy) et Eric (Michael Fassbender) et empêcher Mystique (Jennifer Lawrence) d’abattre l’industriel Bolivar Trask (Peter Dinklage) dont la mort entraînera la fabrication en chaîne des Sentinelles qui éradiqueront les mutants.

Évidemment avec un pitch pareil, la porte était ouverte à un grand gloubiboulga temporel foutraque avec des caméos de mutants qui popent dans tous les coins pour assurer le fan service. Il n’en n’est rien. Le film se concentre sur une histoire, sans digression ou personnages parasites et installe des enjeux faramineux dès le départ avec ce futur dystopique à la TERMINATOR 2 où les mutants sont traqués par des sentinelles tueuses redoutablement coriaces (elles s’adaptent aux pouvoirs de leurs adversaires pour les contrer). Après un premier morceau de bravoure redoutable dans lequel se mélange les pouvoirs d’une demie douzaine de mutants, l’intrigue suit Wolverine envoyé en 1973. (Il est intéressant de constater que d’habitude les films qui utilisent le voyage dans le temps comme ressort scénaristique partent du principe qu’il suffit de tuer une personne précise dans le passé pour annuler un futur catastrophique. Là c’est l’inverse qui est proposé. Sauver la vie de Bolivar Trask empêchera la cristallisation de la haine contre les mutants et la fabrication des Sentinelles.)

J’avais terminé la critique de X-MEN: LE COMMENCEMENT par un vœu pieux. Le prochain film de la franchise sera une réussite s’il se concentre d’avantage sur la paire Magnéto/Professeur X et approfondit leur relation. C’est chose faite ici. Logan n’étant qu’un messager, le film se fixe sur un Charles Xavier de 1973 reclus alcoolique et junkie (il a abandonné ses pouvoirs télépathiques pour pouvoir remarcher) en proie au doute et à la peur. Il est le pivot (comme Magnéto l’était dans LE COMMENCEMENT) d’un métrage aux accents tragiques où les personnages et leurs interactions sont traités avec intelligence et justesse.

L’action n’est pas en reste toutefois, le film étant ponctué de scènes jouissivement fun comme l’évasion du Pentagone qui nous présente les pouvoirs de Vif-Argent, et d’autres comme l’attaque de la cachette des X-Men par les Sentinelles. Preuve que Singer, cinéaste plus préoccupé par les dialogues et les personnages (Yannick Dahan dit de lui qu’il fait du cinéma de papy) est capable de trousser des scènes d’action maousses et lisibles, ce qui est une rareté de nos jours.

vifargent

la démonstration des pouvoirs de Vif-Argent (sur "Time in a Bottle" de Jim Croce)

 

Ce DAYS OF THE FUTURE PAST, s’il ne s’inspire que lointainement du comics source (je ne sais pas, je ne l’ai pas lu mais il semblerait qu’il s’agisse du sentiment général sur le web) est néanmoins un grand film bourré de sincérité et de respect pour son univers et ses personnages, au scénario malin et maîtrisé de bout en bout, ancré dans l’histoire de l’Amérique (une scène de sauvetage au Vietnâm et un dialogue au sujet de Kennedy assez savoureux), nous rachetant ainsi de toutes ces itérations besogneuses torchés par des bureaucrates incompétents et des yes-men transparents qui ont pourri nos écrans ces dernières années. Au rang des déceptions, on pourrait arguer que le rythme est peu trop soutenu. Des coupes drastiques ont surement été faites (une est connue. Elle mettait en scène Anna Paquin) Par conséquent, une éventuelle version longue (croisons les doigts) permettra au film de mieux respirer et donnera peut-être au personnage de Peter Dinklage un peu plus de présence. Wolverine est aussi quelque peu sous-utilisé et ses débordements bestiaux toujours pas d’actualité mais ça, c’est une critique générale imputable à l’ensemble de la saga. Des défauts pardonnables au regard des énormes qualités du métrage.

DAYS OF THE FUTURE PAST prend également le temps qu’il faut pour expliquer et annuler les erreurs accumulées dans les histoires précédentes qui sont, il faut bien l’avouer, légion. Il passe aussi judicieusement sous silence les bourdes les plus irrattrapables. C’est tout le problème de la saga X-MEN d’ailleurs. En tant que première franchise de super-héros de l’ère moderne, elle a ouvert la voie au cinéma geek que l’on connaît (Spider-Man et consorts) mais elle a aussi avancée complétement à l’aveugle, caractérisant certaines personnages en dépit du bon sens et en s’enfonçant dans des trames scénaristiques en cul-de-sac au fil des années. La volonté de ne pas rebooter la saga mais de lui donner un nouveau souffle grâce à un casting plus jeune dans le cadre de préquelles qui font quand même partie du canon de la série (X-MEN : LE COMMENCEMENT, donc) était une initiative tout à fait respectable mais Ô combien casse-gueule.

Hé bien, grâce à son intrigue science-fictionnelle qui utilise le voyage dans le temps comme fil conducteur, Bryan Singer en profite pour ajuster son univers et opérer une sorte de reboot dans la continuité au travers d’une dernière scène magnifique qui m’a bouleversé. Une manière de dire "on sait qu’on a merdé mais on va se rattraper". Mea Culpa louable pour un projet enthousiasmant qui aurait pu n’être qu’un énième blockbuster sans âme et qui est, au final, beaucoup plus: un vrai film qui restera dans les mémoires.

Days of the Future Past (2014)
de Bryan Singer
avec Hugh Jackman, James McAvoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence, Halle Berry, Nicholas Hoult, Patrick Stewart, Ian McKellen, Ellen Page, Peter Dinklage

Salvadore Dali en dédicace

Superbe photo de l’immense Philippe Halsman.

Purement génial !

Dali  by Halsman

SOURCE: Magnum Photos via retronaut.com

Pour vous y retrouver dans la saga X-Men

Avec 7 films, une histoire s’étendant sur 185 ans (et ça ne va pas s’arranger si l’on en croit la scène post-générique du dernier volet en date…) et 17 personnages principaux, la saga X-Men n’est pas toujours facile à suivre (surtout même pour les fans des comics).

Pour essayer d’y voir un peu plus clair dans ce grand cirque, voici une image concoctée par Empire. Pas certain que ça vous aide beaucoup, mais l’effort est louable.

X-Menclic = grand

Ceci dit, Days of Future Past est absolument génial. Bryan Singer, de retour aux manettes 10 ans après X-Men 2, nous livre un film solide et bien construit, ce qui n’est pas évident lorsque l’on aborde le thème du voyage dans le temps.

DoFP

Sans trop en révéler (Jérémie nous gratifiera-t-il d’une analyse dont il a le secret ?), les scénaristes ce sont arrangés pour rebooter la franchise tout en assurant la continuité, se payant même le luxe de corriger les inepties introduites dans les premiers opus par par des confrères qui n’avaient visiblement jamais lu de Comics. Chapeau !

Courrez voir ce film, le prochain (X-Men: Apocalypse) ne devant arriver au mieux qu’en 2016.

Les discours les plus brefs sont parfois les plus percutants

Il n’a fallu que 30 secondes au CEO de Coca-Cola pour faire ce discours (il y a quelques années déjà), mais c’est probablement l’un des meilleurs que j’ai lu sur ce sujet.

Thatslife

A méditer…

(via la moitié du Web…)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 25 autres abonnés

%d bloggers like this: